À Zurich, Houellebecq expose son bulletin de santé comme une œuvre d’art

Joséphine Leroy - 13.06.2016

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Michel Houellebecq exposition - Michel Houellebecq cinéma - Houellebecq musique art


On connaît le goût de Houellebecq pour les happening. Cette fois, l’auteur de Soumission offre une performance artistique hors du commun : il expose à la vue de tous son bulletin de santé. Et il va très bien, n’en déplaise à certains. 

 

(Page Facebook de Manifesta

 

 

Lors de la biennale d’art contemporain de Zurich (Manifesta), Houellebecq a présenté sur différents sites de Zurich des analyses de santé : radios du cerveau, image en mouvement de son cœur, circulation sanguine, mais aussi des images de son crâne et du squelette de sa main droite. « Forcément, voir son corps comme ça, c’est toujours un peu déplaisant », a-t-il reconnu, interrogé par l’AFP. « On ne pense pas d’abord à son corps comme à un truc médical mais c’est là, la réalité », a-t-il ajouté. L’idée lui est venue lors d’une discussion avec Christian Jankowski, artiste et commissaire de l’exposition.

 

C’est le médecin Henry Perschak, dirigeant d’une clinique zurichoise, qui s’est chargé d’opérer ce check-up complet. On sera ravi d’apprendre que, malgré les deux à trois paquets de cigarettes consommés par jour, tout va bien. Michel Houellebecq semble avoir un système de défense immunitaire plutôt au point : « Il est étonnamment en bonne santé. Tout le monde sait qu’il ne mène pas une vie très saine. Et pourtant, oui il va bien. » 

 

Les expérimentations houellebecquiennes

 

Le romancier aux allures de savant fou contemporain multiplie les expériences, en particulier au cinéma. Dans L’Enlèvement de Michel Houellebecq de Guillaume Nicloux, sorti en 2014, il simule son propre enlèvement. Sur fond de syndrome de Stockholm inversé, le récit montre la relation naissante et improbable entre les ravisseurs (des personnages peu cultivés) et la victime (un écrivain à la renommée internationale). 

 

 

 

Houellebecq récidive la même année avec le film Near Death Experience de Gustave Kervern et Benoît Delépine dans lequel il joue un employé de centre d’appel fait un burn-out. Pour éviter de suicider, il fuit vers la montagne.  Les réalisateurs font de nouveau appel à l’auteur de La Carte et Le Territoire pour faire un caméo dans le film Saint-Amour. Il y joue le propriétaire d’une chambre d’hôtes. 

 

Fin mai, Michel Houellebecq et Bertrand Burgalat (patron du label Tricatel) ont réédité l'album qu'ils avaient tout deux conçu après la publication d'Extension du domaine de la lutte. Intitulé Présence humaine, la réédition est sortie le 10 juin. 

 

 

Il a par ailleurs exposé ses photographies au carré Baudoin, à Paris, en novembre 2015. En voici quelques exemples :