Agrippine à Beaubourg : Bretécher, un humour corrosif à bâtir une carrière

Cécile Mazin - 18.11.2015

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Agrippine Beaubourg - Claire Bretécher - BPI exposition


Jusqu’au 8 février prochain, les visiteurs de Beaubourg seront immergés dans le monde merveilleux de Claire Bretécher. La dessinatrice qui a créé Agrippine et toute une génération de personnages dans les années 70 est mise à l’honneur. 

 

© Claire bretécher / dargaud agrippine, 1988

© Claire bretécher / dargaud agrippine, 1988

 

 

Cette exposition n’est pas un simple retour dans le passé : elle proposera des rencontres, des ateliers de BD strip, un genre particulièrement prisé, mais également d’écriture, et des projections. Depuis la naissance à Nantes en 1940 jusqu’au huitième album paru chez Dargaud, Agrippine déconfite, ce sont plus de 70 années de vie et de dessins qui sont également retracées.

 

« L’humour corrosif de la dessinatrice émaille la mise en scène des personnages et nous tend un miroir où chacun peut reconnaître, au détour d’une saynète, ses interrogations, ses doutes, ses mesquineries et petits calculs », estime la BPI.

 

 

 

L’ensemble s’articule autour de trois axes :

 

  • La première partie, intitulée "Elle", permet de donner un aperçu de la diversité de la technique et du talent de Claire Bretécher à travers les différentes esquisses, dessins, portraits, peintures, calques et planches qui composent ce travail, tout en montrant au visiteur la personnalité d’une artiste sans concession.
     
  • La deuxième partie " Claire Brétécher et la presse" présente, en un déroulé chronologique, son parcours dans la presse, de ses débuts dans les années 1960 à sa collaboration avec le Nouvel Observateur durant plusieurs décennies. De la naissance de chaque personnage à l’analyse du contexte de la bande dessinée dans la presse des différentes époques, le visiteur pourra appréhender le travail de Claire Bretécher dans un environnement plus large et découvrir une trentaine d’albums et traductions qui témoignent de l’ampleur de son travail.
     
  • La dernière partie " Claire Bretécher interprète son époque" est le cœur même de l’exposition : l’axe thématique principal en est la peinture du monde social, dans ses multiples composantes : famille, éducation, travail, normes et canons esthétiques, rapports sociaux de sexe, de classe, racisme…et bien sûr le personnage d’Agrippine, devenu une allégorie de l’adolescence.
  •  

 

L’entrée de Claire Bretécher dans le monde de la bande dessinée, au début des années 1960, coïncide avec une période d’effervescence pour la bande dessinée française. « Pour chaque titre de presse auquel elle a collaboré, un exemplaire du journal est présenté, et on découvre des dessins, des planches et les personnages qu’elle a créés. Le parcours est rythmé par la naissance des principaux personnages, marquée par un effet graphique. »

 

 

 

« Claire Bretécher n’aime pas parler d’elle-même. Pour entrevoir la personne privée, il faut passer par l’intermédiaire de photographies d’époque. Mais ce sont aussi ses peintures qui permettent d’accéder au plus près de son intimité: elle prend pour modèle ses proches, et elle-même, réalisant des autoportraits peu flatteurs. La pratique de la peinture de Claire Bretécher, très confidentielle par rapport à son activité de dessinatrice, dévoile une facette de l’artiste méconnue du grand public. »