Algérie : la 20e édition du SILA débutera le 29 octobre

Julie Torterolo - 26.10.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - SILA édition - Alger - Algérie Salon


La 20e édition du Salon International du Livre d’Alger (SILA) aura lieu du 29 octobre au 7 novembre prochain au Palais des Expositions des Pins Maritimes à Alger. L’événement entend bien atteindre les 1,5 million de visiteurs. 1000 exposants de 46 pays seront ainsi présents, avec pour invitée d’honneur la France. 

 

Le commissaire de la 20e édition du SILA, Hamidou Messaoudi

(Illustration tirée de la page Facebook de l'événement) 

 

 

Avec pour slogan « Vingt ans à la page », l’événement a annoncé, lors d’une conférence de presse organisée au palais des expositions à Alger suivie par le Huffington Post Maghreb, la participation de 910 maisons d’édition, dont 290 nationales, selon le commissaire Hamidou Messaoudi. Mais ce sera bien la France qui portera les honneurs cette année, pays où « l’édition constitue un secteur d’activité considérable ». 

 

Six rencontres thématiques permettront alors de discuter sur les « massacres du 8 mai 1945 » ou encore, et pour la première fois, sur les « enjeux et perspectives de l’édition numérique et du livre électronique ». Chaque rencontre sera animée par des auteurs et chercheurs qui inviteront au débat, avec pour trame de fond la littérature et les sciences humaines. 

 

Trois journées seront également consacrées à « l’identité nationale » du pays : les thèmes Langue et littérature arabes, Islam ainsi que l’édition et la littérature amazighes sont au programme. Le salon a confirmé sa vocation de mettre en avant la culture arabe et africaine, avec, en plus de ces thèmes, la présence de 17 pays arabes et 17 pays africains (dont 7 qui appartiennent au monde arabe, souligne le Huffington Post Maghreb). 

 

Le tout sera ponctué par la première édition d'un prix littéraire : le prix Assia Djebar du Roman — créé par l’Entreprise Nationale des Arts Graphiques (ENAG) et l’Agence Nationale de l’Édition de la Publicité (ANEP) — sera ainsi remis pendant le salon. « Cette initiative s’appuie sur la conviction qu’il existe dans notre pays des potentialités créatives importantes dans le domaine de la littérature lesquelles ont été jusque-là plus distinguées à l’étranger que leur propre pays », explique SILA dans un communiqué. 

 

L'événement sera surveillé par les Douanes algériennes 

 

Cependant, quelques changements et ombres aux tableaux sont à relever. Selon le Huffington Post Maghreb, cette vingtième édition se tiendra en effet sous haute surveillance des Douanes algériennes. « Nous serons intransigeants cette année. Toute la surface d’exposition est considérée comme une zone sous douane. Les douaniers ont le droit de contrôler à tout moment. Ceux qui veulent importer des livres n’ont qu’à le faire de manière légale », a expliqué Hamidou Messaoudi. La mesure viserait ainsi à empêcher les ventes en gros des livres aux revendeurs, notamment les libraires.  

 

De plus, malgré ses 20 ans, le budget de la manifestation (91 millions de dinars) connaît une réduction de 50 % par rapport aux éditions précédentes. Avec pour principale raison : l'austérité. Enfin, la commission de lecture du Salon a émis des réserves sur 106 livres, rapporte le quotidien. « Tout livre faisant l’apologie du terrorisme, prônant l’intégrisme ou la violence ainsi que ceux portant atteinte aux symboles de l’État », a expliqué Hamidou Messaoudi.

 

L’édition 2014 avait déjà attiré 1,5 million de visiteurs selon le SILA, mais avec un bilan plutôt mitigé : on redoutait que la manifestation se change en Foire du Livre. Cette année, l’ambition n’est pas masquée : le SILA espère bien rivaliser avec les salons internationaux.