Alita : Battle Angel, “un mélange entre le spectacle et le coeur”

Maxim Simonienko - 20.02.2019

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Alita : Battle Angel film - Gunnm adaptation Yukito Kishiro - Alita : Battle Angel roman


Cela fait maintenant une semaine que Alita : Battle Angel a fait son entrée dans les salles de cinéma françaises. Adapté de la série manga Gunnm, créée par Yukito Kishiro et publiée en 1990, nous avons pu découvrir ce film, avec un oeil neuf. Verdict ? On vous raconte tout.



Considérée comme un monument de la science-fiction cyberpunk, la série manga Gunnm, créée par Yukito Kishiro, a connu un tel succès qu'Hollywood a décidé de l'adapter en long-métrage. Alita: Battle Angel est porté à l'écran par Robert Rodriguez et produit par James Cameron.

En 2003, James Cameron obtenait les droits de Gunnm. Après de nombreux contretemps, notamment dus au projet Avatar, le producteur de Titanic a décidé de confier le projet à Robert Rodriguez.

Alita, un cyborg abandonné au XXVIe siècle, se réveille sans souvenir dans un monde qu’elle ne reconnaît pas. Un scientifique, le docteur Ido, la sauve et la prend sous son aile. Aux côtés de ce père adoptif, Alita part à la découverte du mystère de ses origines et des tensions palpables qui existent au sein d'Iron City, surplombée par la dernière ville flottante : Zalem.

Dans les rues sordides de la ville décharge, où elle se lie avec un jeune trafiquant nommé Hugo, des forces sombres se lancent à sa poursuite : l’occasion pour la jeune femme de découvrir qu’elle possède des capacités dignes d’une grande guerrière...
 

Alita : Un thème bien plus grand que le genre


Robert Rodriguez nous plonge dans un monde parallèle, post-apocalyptique, où d'énormes édifices futuristes prolongent le cœur d'une vieille ville latine. L'aspect visuel est extrêmement abouti et la 3D sert véritablement le film - notamment lors des scènes d'actions ou des longues plongées sur Iron City.

Des immeubles à la peinture craquelée aux fils affaissés par le linge pendu aux extrémités des balcons, le décor est d'une minutie spectaculaire. Il propose une perspective inédite au genre de la dystopie : « Une dimension beaucoup plus chaude et humaine » pour Robert Rodriguez, à l'image même du cyborg.

Le personnage central est lui attachant et puissant. Réalisé en image de synthèse, le résultat est très convaincant et se fond particulièrement bien dans l'univers réaliste du long métrage. « Alita Battle Angel est un film de science-fiction ancré dans une réalité à laquelle on peut s'identifier », affirme James Cameron.

De l'épopée au voyage intérieur, ce film est aussi la quête d'identité d'une jeune femme. Incarnée par la talentueuse Rosa Salazar, Alita est d'abord un personnage insignifiant, qui s'affirme jusqu'à devenir ce qu'elle voulait être. Une héroïne déterminée et audacieuse au centre d'une intrigue émouvante qui frôle cependant à certains moments le pathos. La sensibilité qui semble intrinsèque au personnage principal lui fait parfois défaut, rabaissant ainsi la jeune femme forte au rôle de candide.
Le chemin qu'Alita entreprend pour se révéler est « un thème qui dépasse le genre même du film » ajoute Cameron. L'adaptation amorce en effet des sujets beaucoup plus généraux. Un cyborg plus humain que ses alter ego « pose justement la question de ce que c'est d'être humain : une conscience, un corps, une âme, un cœur » ?

De l'aventure, des sentiments, du combat, et du saisissement : tous les éléments sont requis pour faire de ce film une œuvre qui transcende plus que le genre de la science-fiction. « Alita Battle Angel fait partie des films qui plaisent à tous avec des messages centraux : c'est un mélange entre le spectacle et le cœur », conclut le réalisateur.
 

Vers un deuxième volet ?


La fin du film laisse présager la possibilité d'une suite. En effet, l’adaptation actuelle ne couvrirait que deux tomes sur les neuf publiés dans les années 90. De quoi nous laisser sur notre faim … D'autant plus que les flashbacks subis par Alita permettent au spectateur de reconstituer une sorte de « mini-préquel » au film.

Un conflit majeur aurait éclaté entre Iron City et Zalem, la dernière ville flottante qui la surplombe. Néanmoins, il est impossible de deviner la cause de cette lutte. Et encore moins l'identité des fameux privilégiés qui se seraient réfugiés aux côtés du scientifique Nova dans la cité céleste.

Une autre zone d'ombre, plus regrettable encore, plane sur le duo Dr.Ido, la figure paternelle d'Alita, et Chiren. Tous deux divorcés, ils auraient fait partie de ces heureux élus ayant vécu à Zalem, avant de prendre la fuite vers Iron City. Comment ? Pourquoi ? Le mystère reste complet à ce sujet.

Comme pour toute adaptation, le tournage d'un deuxième volet dépend des résultats du film au box-office, selon le réalisateur Robert Rodriguez. Avec un budget atteignant les 170 millions $, le film peine à trouver son public après une première semaine en salle. 
Malgré sa première place au box-office américain, Alita : Battle Angel n'a cumulé que 38 millions $ dans son pays et 94 millions $ à l'étranger. En France, selon les prévisions du site Ciné Directors pour la semaine du 13 février, l'adaptation de Gunnm devrait se placer en troisième position avec 780.000 entrées, loin derrière Ralph 2.0 (900.000 entrées) et Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ? (990.000 entrées).

Avant de crier au bide, il va falloir attendre la sortie du long-métrage dans deux pays clés. Tout d'abord le Japon, pays où l'oeuvre de Yukito Kishiro est considérée comme un chef-d'oeuvre, et la Chine, le plus gros marché international pour le domaine du cinéma.
 


Alita: Battle Angel a aussi fait récemment l'objet d'une novélisation récemment publiée. Il s'agit du roman officiel du long-métrage, écrit par Pat Cadigan (traduction par Christophe Rosson) et publié aux éditions Pika Roman.

Pat Cadigan - Alita : Battle Angel - traduit par Christophe Rosson - Pika Roman - 9782376320272 - 17 € 


Commentaires
Ce film est excellent, enfin un commentaire positif 👍
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.