Anges et démons pose un cas de conscience au Vatican

Clément Solym - 24.03.2009

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Vatican - anges - démons


Le Da Vinci Code en son temps avait joui de qualificatifs radieux : « Cocktail d'inventions fantasmagoriques », « complot franc-maçonnique » ou encore « pot-pourri de mensonges », éhontés, ça va de soi... Et Anges et démons, qui sortira le 13 mai en Italie laisse cette fois le Vatican perplexe : que faire face à un film d'ores et déjà condamné ?

L'expérience a montré que le Da Vinci Code a largement bénéficié de la campagne menée par l'Église, en stimulant la curiosité du public. Et cette fois, l'intrigue ne dérogera pas à la règle : un groupe obscur nommé Illuminati souhaite détruire le Vatican avec une bombe d'antimatière dérobée dans les laboratoires du CERN. Rien que ça, oui, madame.

Gianne Gennari, théologique et chroniqueur pour la gazette des évêques, Avvenire, appelait dernièrement les catholiques à « boycotter le film ». Pour lui, les réalisateurs « exploitaient l'Église pour gonfler leurs recettes du box-office » et finalement, visait à saper sa crédibilité.

Mais les avis, même chez les évêques, divergent : Mgr Velasio de Paolis estime que dramatiser cette production serait une publicité qui jouerait le jeu de la production. Aussi préconise-t-il plutôt une chaste abstinence de remarques ou de considérations, qui pourraient mettre le film en avant. Cependant, on peut s'interroger : les multiples attaques perpétrées contre le film durant son tournage n'ont-elles pas elles-mêmes participé à une curiosité piquée au vif ?

De son côté, la ligue catholique américaine a déjà lancé ses anges exterminateurs contre le film, dans une campagne elle-même controversée, emmenée par un personnage douteux.