Angoulême : jeux de financements autour du festival BD

Clément Solym - 04.11.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - Festival de la BD d'Angoulême - financement - argent public


Grand retournement de situation pour le festival de BD d'Angoulême, alors que le président de la Chambre de commerce et d'industrie, Daniel Braud, est revenu sur le sujet des financements. Estimant que la perte économique pour la région serait trop importante, c'est finalement une réévaluation du budget qui a été décidée.


Ainsi, le festival percevra 150.000 € de la part de la CCI pour son budget annuel, mais sous conditions, précise Daniel Braud. Estimant qu'Angoulême a profité depuis ces dix dernières années de la présence du festival, il attend néanmoins une certaine contrepartie.

 

Dès lors, « si nous acceptons de soutenir le festival financièrement, nous exigerons d'être associés à l'organisation et surtout que des partenaires comme Neuvième Art + et la Cité de la BD se mettent autour de la table pour travailler ensemble pour l'avenir de ce festival ».


Le département se retire, à moitié


En parallèle, Michel Boutant, qui occupe tout à la fois le poste de président du conseil général et de président de la Cité de la BD, a décidé de réduire de moitié la subvention qui est versée au festival par le Département. La somme engagée sera la même, mais l'autre partie ira directement à la Cité de la BD.

 

Pour l'année 2012, 112.500 € iront à Neuvième Art+, la société en charge de l'événement, et la même somme à la Cité. « Le choix de partager la subvention est assumé, dans la mesure où rien n'est perdu pour l'événement et que cette subvention servira le Festival. J'en avais prévenu les financeurs par courrier », a précisé Michel Boutant.

 

Franck Bondoux, directeur de Neuvième Art+ perd donc d'un côté, ce que la CCI lui permettra de récupérer. En effet, en proposant 150.000 €, on dépasse de très loin les 30.000 € initiaux. Et par un simple calcul, on peut finalement découvrir que Neuvième Art+ touchera 75.000 € de plus, toujours d'argent public pour monter sa manifestation.

 

CCI contre département ?

 

Et à ce titre, Daniel Braud ne manque pas de tirer sur le département, dont il estime que la CCI va payer son retrait. « Nous avons l'intention de nous impliquer dans le festival, par l'intermédiaire d'un club d'entreprises par exemple. Encore faut-il pérenniser l'événement. Notre implication est celle d'entrepreneurs volontaires, et non de bouche-trous… Ce sera forcément plus compliqué de faire admettre cette position aux membres de la CCI, même si nous sommes conscients de l'impact du FIBD pour le territoire. »

 

À la préfecture de Charente, la préfète Danièle Polvé-Montmasson, tente de calmer le jeu, en soulignant qu'il est avant tout primordial que le festival ait bien lieu.

 

Le festival pour sa 39e édition se tiendra du 26 au 29 janvier 2012, et les tarifs sont d'ores et déjà annoncés. Et ils n'ont pas bougé de ceux de l'an passé :

 

Particuliers : 1 jour - 4 jours
Pass Festival 7 – 12 ans : 6 € - 13 €
Pass Festival 13 – 17 ans : 11 € - 24 €
Pass Festival + 18 ans : 14 € - 30 €