Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Après 47 refus d'éditeurs, il prend place dans la liste du Booker Prize

Cécile Mazin - 29.07.2013

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - refus d'éditeurs - romancier irlandais - Grande recession


La chance sourit aux audacieux, certes, mais à condition qu'ils soient pugnaces. Pour ce romancier irlandais, la vie a vu se succéder entre 47 et 50 refus de maisons d'édition, pour son roman, The Spinning Heart. Tout dépend de la manière de compter, en fait, mais la réalité était bien là. Or, avec la publication de la liste des 13 oeuvres retenues pour le Booker Prize, c'est tout une vie dévouée à ce livre qui semble récompensée.

 

 

 

 

Choqué. Choqué et aphone. Donal Ryan, romancier irlandais n'en est toujours pas revenu. Quand son nom est apparu sur la liste, pour son roman, finalement publié, il n'en revenait pas. Impossible de répondre aux appels téléphoniques, impossible de parler, tout simplement, explique-t-il à The Independent

 

Déjà, la signature de son livre a été miraculeuse : c'est à un stagiaire des éditions Lilliput Press, situées à Dublin, qu'il doit d'avoir vu son ouvrage édité. Après lecture du livre, le stagiaire enthousiaste en parle à l'éditeur Anthony Farrell, qui décide de se lancer sur ce titre. 

 

Le livre raconte la journée de la Grande Recession, au travers des vingt et un points de vue de personnages. Une figure d'arrière-plan, estime-t-il, mais qui transparaît dans tout le quotidien de ses personnages. Dans cette Irlande rurale, les personnes subissent l'effondrement économique du quotidien. Loin d'une simple chronique de la récession, le livre est une description de la souffrance occasionnée par une situation économique intenable. Salué par la critique, le livre est finalement une fresque de cette douloureuse période. 

 

Peut-être pas assez puissant pour remporter le Booker Prize toutefois, mais suffisamment pour prendre les lecteurs aux tripes. « C'est une histoire très locale, mais vous pourriez la qualifier d'universelle, car cette crise économique, et toute l'austérité, est nuisible pour les gens dans les petites villes, et pas simplement en Irlande : à travers toute l'Europe », précise-t-il.

 

Et comble : son tout premier livre, refusé également, et de manière catégorique, deviendra finalement le suivant dans la liste, avec une parution pour l'automne 2014.