Après Avatar raciste, Millenium obscène, voire une horreur visuelle ?

Clément Solym - 17.03.2010

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - avatar - raciste - Millenium


Si la sortie du livre de Stieg Larsson avait divisé la critique outre-Manche, le lancement du film aura eu le bon goût de rabibocher tout le monde. Sorti vendredi dernier, le film originellement intitulé Men Who Hate Women, et finalement rebaptisé The Girl With the Dragon Tattoo, a vu la polémique éclater.

Plusieurs articles ont mentionné une certaine mysogénie dans la réalisation, du fait des efforts particuliers apportés aux scènes de violence et de mutilation faites aux femmes.

Tout est parti manifestement d'une chronique publiée dans le Guardian, faisant état d'un film trop long, dont les moteurs narratifs ne sont correctement mis en place qu'après une heure de démarrage, mais surtout d'une violence manifeste, dont les femmes sont les victimes...

D'autres renchérissent, en évoquant une misogynie patente, dont personne ne semble prendre conscience qu'elle agit avant tout pour servir le propos de Larsson, pour qui les violences subies par les femmes sont l'un des grands chevaux de bataille - avec la lutte contre le fascisme, évidemment.

Mais dans tous les cas, la critique ciné anglaise semble unanime : le film est tourné contre les femmes - et la scène de viol de Lisbeth est particulièrement frappante à cet effet. Nombre de critiques la dénoncent comme obscène et relevant de l'horreur visuelle.

Il est certain que dans les livres, Larsson épargne une grande partie de ces descriptions, laissant à l'esprit le soin de se figurer le pire. Alors trahison du propos et de sa subtilité ? Mouais...

Très personnellement, le film m'a laissé sur une envie dévorante d'engloutir les livres, et largement repus désormais, ce genre de polémique me laisse de marbre. Parce que de là à accuser la réalisation d'avoir salopé le boulot de Larsson, faut être un peu torturé soi-même...