Après son vol, « Le Cri » de Munch revient au musée d'Oslo

Clément Solym - 22.05.2008

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Cri - Munch - vol


Un « Cri » éprouvé par l’aventure qu’il a subie après son vol en 2004, qui l’a laissé meurtri – il gardera comme séquelle une vilaine trace d’humidité —, mais également rajeuni de près de 20 ans, puisqu’il est a présent daté de 1910. Son petit frère, autre version du « Cri », exposé à la Nasjonalgalleriet, le Musée national d'Oslo, reste daté de 1893.

Des doutes persistent toutefois quant à cette révélation sur la naissance du célèbre tableau norvégien, comme l’a souligné Ingebjoerg Ydstie, la directrice du musée Munch. « Les sources écrites, combinées à des études de style et, dans une certaine mesure, aux observations techniques réalisées pour la conservation du tableau plaident pour une datation plus récente », a-t-elle déclaré à l’AFP.

« Les experts se chamaillent depuis le début des années 1970 sur cette date de 1893. Aujourd'hui, le musée se conforme à l'avis majoritaire ». Le débat n’est toutefois pas clos, et de nouvelles études doivent clarifier ce point polémique.

Cette nouvelle datation intervient environ deux ans après que l’on ait retrouvé le tableau volé, ainsi qu’une autre œuvre de Munch, « la Madone », dans des circonstances mystérieuses.

Quoi qu’il en soit, le public pourra à nouveau admirer ce « Cri » qui a tant fait parler de lui dès le 23 mai, dans le cadre de l’exposition « Le Cri et La Madone: l'heure des retrouvailles », ou « Gjensyn med Skrik og Madonna » si vous préférez la version originale. Un point d’interrogation ornera sa nouvelle date.