Après un Berlin très ebook, Francfort, Foire du livre... numérique

Clément Solym - 10.09.2010

Culture, Arts et Lettres - Salons - francfort - ebook - foire


Le monde de l'édition devient-il raisonnable ? Alors que l'IFA, la grand-messe de la high tech vient de s'achever à Berlin, la Foire du livre de Francfort s'apprête à ouvrir ses portes le mois prochain.

Et tout comme sa consoeur chinoise, la Foire cette année va porter l'accent... sur le livre numérique. Certes l'Argentine sera l'invité d'honneur pour cette édition 2010, mais dans tous les cas, le livre numérique ne pouvait pas ne pas occuper une place de choix dans l'univers éditorial.

Un petit héritage de high tech

Juergen Boos, directeur de l'événement n'a en effet pas pu faire l'impasse sur les différents événements et annonces de l'IFA. Le premier à avoir décoché sa flèche, ce fut Thalia, libraire en ligne, qui présentait son lecteur ebook dédié, le Oyo, qui sera vendu à compter d'octobre - tiens donc - pour 139 €.

La seconde annonce prenait beaucoup plus d'ampleur. Acert, le constructeur taiwanais, dévoilait son partenariat avec l'autre acteur du marché de l'ebook en Allemagne, Libri.de. Le tout autour du lecteur ebook de la maison, le LumiRead, qui sera décliné en deux versions, WiFi à 199 € et WiFi+3G pour 249 €. En face, le PRS650 de Sony à 249 € fait tout de même pâle figure.

Dans ce contexte, difficile pour la Foire professionnelle de négliger l'impact numérique qui va s'abattre. Pour autant, si Juergen reconnaît que ce pan de la lecture « est en pleine révolution », pas question pour autant de privilégier la technologie. Les auteurs et les textes doivent rester les maîtres de la cérémonie.

Et les négociations de droit, bien évidemment.

L'an passé 29.000 visiteurs étaient venus à la rencontre des exposants qui seront cette année 6930, soit 5 % de moins qu'en 2009, d'après les organisateurs. Eh oui : l'an passé, c'est la Chine qui avait été mise à l'honneur et avait ramené dans ses valises une importante délégation - et pas mal de problèmes également. L'Argentine se fait plus humble pour cette édition 2010.

On se souviendra que la Chine avait vivement critiqué l'accueil qui lui avait été fait, notamment en dénonçant la « leçon de démocratie » que la chancelière Angela Merkel avait laissé filtrer dans son discours.

Rendez-vous du 6 au 10 octobre à Francfort...