Armistice du 11 novembre 1918 : l'après-guerre vue par les peuples

Victor De Sepausy - 16.07.2018

Culture, Arts et Lettres - Expositions - armistice France Allemagne - guerre 1918 armistice - France 11 novembre


Faites l’amour, pas la guerre, la chose est entendue. Mais autant savoir quelles furent les guerres passées, pour éviter de les reproduire. En association avec différentes institutions, le Musée de l’armée des Invalides proposera une exposition autour de la guerre de 14-18.

 

Dessin de presse signé William Allan Rogers (1854-1931) paru dans le journal New York Herald en novembre 1918 © Washington, Library of Congress

 

 

« 1918, Armistices(s). De l’avant à l’après 11 novembre », sera inaugurée ce 24 juillet et durera jusqu’au 30 septembre. La salle Turenne, d’ordinaire fermée au public, ouvrira ses portes pour l’occasion, avec nombre de photographies, peintures, affiches et objets patrimoniaux reproduits. 

 

Ils sont ainsi remis en contexte et commentés sur 23 panneaux pour évoquer les sept armistices et certaines de leurs conséquences. 

 

Ce sont les propres fonds documentaires de l’établissement qui ont servi, ainsi que ses collections. Mais le musée a également sollicité d’autres partenaires, comme La contemporaine, le musée Clemenceau à Paris, la Library of Congress de Washington ou a pioché dans des collections particulières.

 

Du soulagement suscité par la fin des combats en novembre 1918 à la désillusion née des traités, le musée de l’Armée consacre sa nouvelle exposition documentaire à cette césure historique et mémorielle que constitue l’armistice du 11 novembre 1918.

 

Si cet armistice met fin au conflit entre la France et l’Allemagne, il ne s’agit pourtant pas du premier accord signé au cours de la guerre. En effet, entre le 5 décembre 1917 et le 13 novembre 1918, pas moins de sept cessez-le-feu sont signés !



Photographie de la signature de l’armistice de Brest-Litovsk, le 5 décembre 1917, entre les bolcheviks russes et les Puissances centrales © Paris, musée de l’Armée

 


De l’armistice de Brest-Litovsk à la convention de Belgrade, le visiteur peut, au cours de l’exposition, admirer des photographies, peintures, affiches et objets patrimoniaux témoignant de ces événements historiques et de leurs conséquences.

 

Chose amusante, des journaux américains annoncèrent l’armistice le 7 novembre 1918, alors que les plénipotentiaires allemands sont encore en route et qu’aucune annonce officielle n’a été donnée. 

 

Le dessin d’illustration, réalisé par William Allen Rogers pour le New York Herald et publié le 7 novembre, en témoigne. Dès cette date, des New-Yorkais fêtent, en musique et à coup de confettis, la fin de la guerre dans les rues de la City. À 13h, les opérations sont même stoppées à Wall Street.

 

À compter du 26 juillet, le site internet du musée proposera de découvrir l’exposition sous la forme de feuilletons virtuels. 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.