Arte diffuse Peeters Frederik et ses Pilules bleues

Cécile Mazin - 26.09.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Pilules bleues - Frédérik Peeters - diffusion Arte


En 2001, l'éditeur suisse Atrabile publiait l'album de Frederik Peeters, Pilules bleues, que décidait d'adapter la chaîne Arte. Réalisée par Jean-Philippe Amar, l'adaptation est finalement arrivée et sera diffusée ce soir sur la chaîne franco-allemande. Un rendu fidèle, qui sait relire la gravité du thème, à l'humour ambiant. 

 

  

 

 

Le roman graphique de Frederik Peeters est paru en 2001 aux éditions Atrabile. Il raconte l'histoire de JB, un illustrateur contemporain, débutant dans la BD avec son pote Guy. Le héros séduit Laura, un de ses anciens fantasmes de jeunesse, avant d'apprendre que sa conquête est séropositive.

À travers une histoire simple et des thèmes universels (l'amour, la mort), Frederik Peeters nous parle de sa rencontre et de son histoire avec Cati, de ce maudit virus qui va bouleverser la donne, et de toutes les émotions les plus contradictoires qu'il va devoir apprendre à gérer : compassion, pitié, ou amour pur et inaltérable ? Pilules bleues nous propose, sans pathos ni sensationnalisme, de regarder sous un jour rarement (jamais ?) abordé le quotidien de la maladie, tout en nous balançant quelques vérités surprenantes et bien senties sur le sujet. Malgré la gravité du thème, Pilules bleues se présente comme une œuvre remplie de fraîcheur et d'humour.

Pilules bleues, à retrouver en librairie

 

 

Au tournant des années 2000, le timide Jean-Baptiste, dit « JB », effectue ses premiers pas d'auteur de BD avec son copain Guy. Dans une fête, il croise Laura, qu'il a jadis admirée de loin, et retombe immédiatement sous son charme. Elle est divorcée, mère d'un petit garçon de 6 ans. Ils se revoient, se plaisent, se rapprochent, et Laura annonce à JB qu'elle est séropositive, comme son fils Oscar. Il doit ingurgiter tous les jours des antirétroviraux, les « pilules bleues » du titre. Déjà irrémédiablement amoureux, JB s'engage avec détermination, malgré sa peur, dans cette histoire naissante. Il chronique au quotidien dans ses planches le cheminement de leur fragile trio, dans l'ombre du sida.

 

« Par le passé, plusieurs tentatives d'adaptation sont restées sans lendemain. J'ai pensé qu'une fois encore, le projet n'aboutirait pas, mais je n'en étais pas moins disposé à céder les droits. J'avais reçu cette proposition rapidement après la parution de Pilules bleues, je me serais certainement montré plus réticent », explique l'auteur.

 

Jean-Philippe Amar, qui assurait la réalisation, se souvient de cette rencontre avec le livre : « J'ai tout de suite été attiré par le côté intime de Pilules Bleues. La manière dont l'esprit du protagoniste chemine pour fabriquer une histoire qui, à la base, n'est pas gagnée. Pour moi, l'enjeu était de traduire les questionnements de JB, le héros, et le retour à la vie de Laura, sa compagne. Je voulais montrer la constitution d'une famille singulière, sans être démonstratif. »

 

Moralité, pour Peeters, c'est une réussite : « De mon point de vue, les passages les plus réussis sont ceux où le trait reste intact : les dessins se découvrent progressivement ou bien on a l'impression qu'ils sont en train d'être esquissés. [...] Néanmoins, j'avais trois attentes principales, que j'ai pu exprimer lors d'une longue réunion à Paris avec les équipes. J'espérais d'abord qu'on croie à l'histoire d'amour, ce qui est le cas grâce à la prestation remarquable des acteurs. Le duo fonctionne et l'équilibre entre eux se révèle assez juste. Même si ce n'est pas le sujet, je suis par contre moins enthousiasmé par la représentation du métier d'auteur de bande dessinée. Je souhaitais enfin que le traitement de la maladie n'apparaisse pas racoleur ni pathétique, et que soit maintenue une sorte d'ironie face au VIH. Là aussi, je trouve que le ton y est. » 

 

 

Plus de renseignement 

 

Signalons également qu'une réédition de la BD a eu lieu en octobre 2013.