Arthur Macua, Grand Prix de la 6e Journée du Manuscrit Francophone

Victor De Sepausy - 25.10.2018

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - journée manuscrit francophone - prix littéraires francophonie - grand prix francophonie


Pour sa sixième édition, la Journée du Manuscrit Francophone avait ouvert les portes du théâtre du Gymnase Marie-Bell. Plus de 500 invités sont venus assister à une remise des prix, orchestrée par Aurélien Ventura. Sur scène, humour, chanson, théâtre, émotion. Et six auteurs récompensés. 

 


Le grand prix Arthur Macua pour son livre

 

Ils étaient six artistes, venus pour remettre les différents prix : Fabienne Thibeault, pour le Roman, Denis Maréchal, pour le Policier, Smaïn, pour le Témoignage, Firmine Richard pour l’Essai, Hervé Vilard pour la Poésie et Gérald Dahan pour la Science-fiction. 

 

Chacun a régalé le public d’une intervention dans sa plus grande spécialité : Smaïn a témoigné de son affection profonde pour le français, lui originaire d’Algérie, avec une histoire toute personnelle sur ses rêves de comédiens. 

 

Gérald Dahan s’est lancé dans une imitation parodique et corrosive d’Emmanuel Macron, tour à tour baptisé Sa Majesté, Votre Éminence ou Sa Sainteté. Et Denis Maréchal, avec une énergie et quelques sourires, a gagné le cœur du public.

Bien entendu, Hervé Vilard, Fabienne Thibeault et Firmine Richard ont interprété plusieurs chansons – la reprise par la salle de Capri c’est fini laissait entrevoir une vibrante émotion. L’ensemble fut guidé par Aurélien Ventura, en maître de cérémonie, tour à tour chanteur – en ouvrant avec Charles Trenet et L’âme des poètes, pour conclure sur La Bohême d’Aznavour.

 


 

Les comédiens Aurélie Wiik et Alain Pochet, qui jouent la pièce de Jean d’Ormesson actuellement au théâtre, en ont proposé un extrait. La conversation raconte un échange entre Napoléon Bonaparte et Jean-Jacques Régis Cambacérès, son deuxième consul, quand le premier va lui faire part de son désir de devenir empereur.

 

Et théâtre encore, Roxane Davidson, Élisa Birsel et Kevin Gouabault ont interprété un extrait du Dom Juan de Molière. Révélations du Festival d’Avignon, ils ont su mêler humour et désir...

 

Pourquoi la Journée du Manuscrit Francophone ? « Parce que publier un livre est un droit pour un auteur. Parce qu’éditer ses auteurs est un devoir pour une culture. Pour défendre la diversité culturelle. Pour diffuser la pensée et la connaissance. Pour tarir les sources de l’obscurantisme et de l’intolérance. »



 

Les lauréats de la 6e édition de la Journée

 

Au terme de cette 6e Journée du Manuscrit Francophone, le Grand Prix du Jury est attribué à Arthur Macua pour son livre De profundis II - Pensées d’un jeune diplômé naufragé de l’emploi.


Les 6 Prix Littéraires sont attribués à : 


Témoignage :

Arthur Macua (France) pour son livre De profundis II - Pensées d’un jeune diplômé naufragé de l’emploi

Roman :

Alexa Keas (Togo) pour son livre La veuve des nuits de noces

Poésie :

Keltoum Deffous (Algérie) pour son livre Mon poème de demain

Policier :

Arlette Lameyre (France) pour son livre Drame au prieuré

Essai :

Mohamed Koursi (Algérie) pour son livre Journalistes en Algérie

Science fiction :

Laurence Qui-Elle (France) pour son livre La Masculine
 

Pour cette Journée du Manuscrit Francophone, 300 livres ont été publiés de 29 pays.

 

La cérémonie était une grande réussite devant près de 500 personnes dont 115 auteurs de toute la francophonie. 20 pays étaient représentés dont 11 par leurs Ambassadeurs, l'Unesco, l'Organisation internationale de la Francophonie, la Mairie de Paris, ainsi que des députés et sénateurs français.

 

La Journée du Manuscrit Francophone est organisée par les Editions du Net en partenariat avec ActuaLitté et le Ministère de la Culture et de la Francophonie de Côte d'Ivoire.

On pourra retrouver l'ensemble de la soirée en photo (© Jean Eckian)
 

<

>



 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones. 

 

Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire




Commentaires

Je suis camerounais vivants au Cameroun. J'etudis la géographie. J'aime la littérature française et j'ai des manuscrits non édités.

Je félicite les promoteurs de ce projet et je souhaite qu'il s'étende davantage.
Quel bel enthousiasme chez le rédacteur de l'article !

J'étais à la remise des prix de la Journée du manuscrit francophone. Beaucoup de monde dans le théâtre du Gymnase, des artistes sur scène pour nous divertir : la promo des pièces au théâtre du Gymnase, Hervé Vilard avec "Capri c'est fini" et Fabienne Thibault qui a fait acte de présence. Sept prix ont été remis. Quant à l'animateur, on lui apporté un papier toutes les deux minutes pour qu'il sache quoi dire (on le voit sur la vidéo).

Des prix littéraires ? Il faut le croire, car les auteurs présents n'ont pas été interrogés, ni dit grand chose. Les œuvres primées n'ont pas été présentées : sujet ? traitement ? inspiration, etc. ? Comme sur le compte-rendu, juste le nom et le titre ! Le grande prix a été remis par la lauréate 2017 qui n'a pas dit ce que lui a apporté le prix.

Bref une soirée organisée par Les éditions du Net, avec le prétexte de la francophonie, sans littérature ! Comme j'étais installé à quelques fauteuils du directeur, il nous a demandé si nous étions déçus de n'avoir pas de prix ; je lui ai déclaré être déçu de n'avoir pas entendu parler des auteurs et des livres... la soirée était pour le spectacle, m'a-t-il répondu ; je pouvais rencontrer les auteurs au buffet : 2000 personnes dans 200 m2 ; avec mon épouse, nous nous sommes enfuis au grand étonnement des portiers.

Bref, les éditions du Net ont fait leur promo, elles se font plaisir et contentent 6 auteurs qui ont eu un prix, dont on ne sait toujours pas l'intérêt ! La francophonie étant un prétexte, personne ne l'a vraiment évoquée, sauf en quelques phrases très convenues, comme légèrement abordé dans l'article.

Pour être honnête, chaque auteur participant a reçu deux exemplaires de son livre ; les tirages sont propres, grands et satisfaisants. J'ai adressé "Père et mers" et "ainsi va la vie", dont j'ai conservé l'édition numérique ; les éditions du Net ont l'exclusivité papier... pas tous les œufs dans le même panier.

En résumé : une belle idée, au nom grandiloquent, qui doit faire ses preuves.
Vous êtes injuste avec Fabienne Thibeault qui a lu un long poème de Leonard de Vinci. Cela peut vous paraître simple, mais pour arriver à une interprétation théâtrale devant 600 personnes, qui était brillante au passage, Fabienne a dû répéter de nombreuses heures. Ainsi, vous avez assisté à un spectacle d’une heure 15 entièrement original, ce qui représente des heures de travail de la part des artistes. Et évidemment, le passage des feuilles au présentateur est un choix de mise en scène, que personnellement j’ai trouvé assez réussi.

Concernant la Francophonie, vous ne voyez pas les 300 livres publiés dans 29 pays, la Journée du Manuscrit se passe partout dans le monde et la cérémonie n’est que la partie visible. Néanmoins il y avait quand même 23 auteurs qui ont fait le voyage spécialement et débarquaient à peine de leur avion, heureux d’être là.

Par contre vous avez raison, il est dommage que les livres lauréats ne soient pas présentés au public et l’année prochaine il faudra que nous fassions une vidéo ou une bande sonore.

Enfin sur le fait qu’il y avait trop de monde, personnellement je m’en réjouis.

Merci pour votre contribution.
Je reconnais avoir sous-estimé le travail de Fabienne Thibeault, surtout en s'écartant du talent qu'on lui connaît. Mais de fait, vous reconnaissez aussi qu'elle n'a rien chanté !

Quant à l'exploit pour un éditeur de publier des livres... c'est au contraire le minimum qu'on puisse en attendre. Si vous allez au bout des choses, rappelez aussi que le catalogue s'enrichit sans difficultés : gratuit pour y entrer dans le cadre de la Journée, 80 euros à la charge de l'auteur pour s'en retirer.

Le voyage de Normandie, je l'ai fait aussi et à ma charge. J'ose espérer qu'il ne fut pas de même pour les longs courriers.

Enfin, je vous ferai remarquer qu'après notre bref entretien dans la bousculade du théâtre, vous avez un interlocuteur qui ne se cache pas, donne son identité et reste à votre disposition pour améliorer vos services.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.