Astérix donne du fil à retordre aux réalisateurs, dessinateurs et scénaristes

Joséphine Leroy - 15.06.2016

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Astérix Goscinny Uderzo - Astérix adaptation cinéma - Astérix BD animé Astier


Depuis le début du mois, les ayants droit de « l’irréductible Gaulois », remettent fermement la main sur les adaptations cinématographiques d’Asterix et observent attentivement la suite de la BD et les dessins animés. Anne Goscinny, fille de René Goscinny, le scénariste décédé, et Albert Uderzo, le dessinateur originel, décident des orientations à prendre. Plusieurs pistes d'adaptation ont été révélées, tout comme les départs probables de Jamel Debbouze et Gérard Depardieu du 5e film à venir. 

 

Astérix chez les Pictes, 35e album

(ActuaLitté / CC BY-SA 2.0)

Albert Uderzo et Anne Goscinny

 

 

Debbouze et Depardieu dirigés vers la sortie, au profit de petits nouveaux   

 

« Nous ne sommes pas très loin d’un accord », a confié Anne Goscinny. Pour ce cinquième film, plusieurs noms sont sortis dont, pendant un temps, celui de Jamel Debbouze. Mais, surprise, Jamel Debbouze a jeté l’éponge et s’est rabattu sur l’écriture de Marsupilami 2, remplaçant au pied levé Alain Chabat. Jamel Debbouze ne réalisera pas, très bien, mais occupera-t-il le premier rôle dans la nouvelle adaptation ? 

 

Albert Uderzo s’y était déjà opposé, estimant que son handicap au bras ne conviendrait pas au personnage. « On m’en a parlé. Honnêtement, je ne le sens pas. Autant Jamel Debbouze peut être important dans un rôle. Il l’a montré dans Mission Cléopâtre. Mais à la direction d’un film, c’est autre chose. Ce n’est que mon avis. Je ne m’y connais pas assez. Les films, ce n’est pas mon truc », réitère-t-il dans l’interview donnée au Figaro le 13 juin. 

 

Exit, donc, Jamel Debbouze à la réalisation et au générique en général, mais il y a une autre surprise. L’Obélix-Depardieu, fidèle au personnage depuis des années, serait aussi exclu du casting, et c’est Anne Goscinny qui cette fois aura mis son veto : « Pour ce prochain Astérix, il faut remettre à 100 % les compteurs à zéro. Il faut le plonger dans le XXIe siècle et qu’il plaise de la Pagode à Rosny-sous-Bois », développe-t-elle. Le jeune humoriste Kev Adams aurait pour sa part de grandes chances de camper le rôle d’un personnage secondaire, au même titre que plusieurs YouTubeurs. 

 

« Le dernier film avec Guillaume Gallienne et Valérie Lemercier [Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté, NdR] était trop cérébral, il n’a pas traversé le périphérique. Dans le 93, on ne rigolait pas du film, mais de l’affiche. Repartir à zéro, c’est ce que M6 a su faire avec Le Domaine des dieux. On croit que c’est le premier, alors qu’il est précédé par huit autres dessins animés. » Tombés dans une marmite sans fond, Depardieu et Debbouze n'égalent pas Astier et Chabat aux yeux des ayants droit. 

 

Astier et Chabat, les fils spirituels ? 

 

Celle qui se dit être comme « les yeux sous les paupières closes de son père » définit ce que devra être le prochain Astérix. Son réalisateur aura « deux références : les albums et Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, le film d’Alain Chabat que je cautionne à 100 %. Comme Alexandre Astier dans l’animation, Chabat est l’héritier naturel de mon père ». Albert Uderzo n'était pas tout à fait du même avis, lors de la sortie de Mission Cléopâtre : il regrettait un esprit Canal un peu trop imposant à son goût et aurait pris ses distances avec l'ancien des Nuls. La touche Chabat n'était donc pas si intéressante que cela ? 

 

 

 

Ce dernier ne pouvant pas tourner le prochain Astérix pour des raisons personnelles, il faut trouver un remplaçant dans la même veine (du moins selon Anne Goscinny). Il pourrait s’agir de Michel Hazanavicius : « Si René Goscinny avait le droit de quitter le paradis pendant deux heures, il serait drôlement heureux de voir OSS117. Là, on est dans ce qui le faisait rire : du troisième degré accessible à tous. » Circule également le nom de Frank Gastambide (Les Kaïras). 

 

Le 10e film d'animation d'Alexandre Astier et Louis Clichy, Le Domaine des Dieux (2014) a ravi Albert Uderzo : « Je suis très content du résultat. D’ailleurs, Alexandre Astier et Louis Clichy préparent un nouveau film d’animation. Alexandre Astier fait du très bon boulot », annonce-t-il.  

 

 

 

Pour cette fois, le réalisateur n’adaptera pas un album précis, mais sera épaulé dans la création de nouvelles intrigues par le père d’Astérix qui regarde comme avec bienveillance les adaptations du créateur de Kaamelot et de son acolyte, Louis Clichy. 

 

Alexandre Astier est, « depuis le formidable Mission Cléopâtre d’Alain Chabat, ce qui est arrivé de mieux à la mémoire de mon père », juge Anne Goscinny. Les deux ayants droit auraient assisté à un « animatic », soit une réunion où l’on expose le story-board et où on expérimente l’animation des personnages. 

 

 

Avec Jean-Yves Ferry et Didier Conrad, la relève BD est assurée

 

Satisfait de la suite, Albert Uderzo estime qu’il y a quelques petites choses à améliorer, mais que le duo Jean-Yves Ferri (au scénario) et Didier Conrad (au dessin) se débrouillent bien : « Le dernier, le Papyrus de César, fonctionne bien. J’ai lu les critiques, qui sont pour la grande majorité bonnes. Moi, je vois encore quelques petits défauts. Mais personne ne les voit. Tant mieux d’ailleurs (Rires). » « Ca marche bien, ils ont du mérite de prendre notre succession parce qu’avec René on a réalisé 34 albums, ce qui est énorme pour moi », raconte-t-il. 

 

 

 

Ce 36e tome d’Astérix arrive en tête des ventes de livres pour l’année 2015, comme l’avait rapporté l’AFP en janvier. Longtemps, Albert Uderzo a hésité à donner suite à Astérix : « Déjà en 1977, après la mort de René. Mais finalement, je n’ai pas voulu être égoïste. Alors j’ai permis à la société que j’avais créée avec lui de continuer à vivre avec Astérix. Et maintenant, à travers la bande dessinée, les dessins animés et les films, il poursuit ses aventures. » Clin d’œil à Hergé, qui ne voulait pas que les adaptations de Tintin lui survivent.