Au Canada, la lecture est une affaire d'État

Clément Solym - 11.07.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - Canada - National Reading Campaign


Les Canadiens ont tout l'été pour se préparer à lire : la National Reading Campaign sera lancée à la rentrée, avec en ligne de mire la promotion de la lecture auprès des jeunes et des moins jeunes. Cet automne, la manifestation se concentrera plus particulièrement sur les autochtones et les nouveaux arrivants au deuxième plus grand pays du monde.



 Les organisateurs se sont appuyés sur le 3e Sommet pour la Lecture, organisé à Vancouver début mai, pour arrêter les festivités et leur programmation. Les « groupes cibles particuliers », comme les désigne la plaquette de la National Reading Campaign sont la famille, les écoles, les Canadiens d'origine autochtones, les nouveaux arrivants, mais aussi et surtout les plus en difficulté devant un texte.

 

L'objectif sera donc de rappeler l'indispensable nécessité d'ouvrir un livre de temps à autre, qu'il s'agisse de vie quotidienne ou d'exercice intellectuel : « Dans une démocratie, l'école est l'endroit où tous les enfants ont également accès à la possibilité de devenir des lecteurs et est par conséquent une composante critique de toute stratégie nationale de lecture », peut-on lire dans le programme. Cette année, l'organisation cherche également des mécènes pour alimenter ses fonds, tout en restant indépendante du gouvernement.

 

Les établissements scolaires seront bien au coeur de la National Reading Campaign, avec une inquiétude grandissante en regard des résultats d'une étude menée en Ontario. 240.000 élèves ont été interrogés, des grades 3 (CE2 en France) et 6 (6e en France) : 50 % d'entre eux seulement ont déclaré aimer lire, soit une baisse de 75 % pour le grade 3 et de 65 % pour les élèves plus avancés dans leur cursus scolaire.

 

« Les enfants en Ontario lisent encore Les Chrysalides. C'est un bon livre commercial des années 40, mais que diable fait-il dans un corpus du grade 8 ? Ça n'a aucune pertinence » remarque Patsy Aldana, co-créatrice de l'initiative. Pour pallier à ces lacunes de l'organisation scolaire canadienne, la National Reading Campaign a pour ambition première de renouer des liens entre bibliothèques et établissements scolaires.