Au cinéma, Hunger Games explose les records du box-office

Clément Solym - 26.03.2012

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Hunger Games - box-office - records


En un week-end d'exploitation, l'adaptation de la série de romans Hunger Games, de Suzanne Collins, comptabilise déjà 155 millions $ de recettes, soit deux fois son budget (78 millions $). Chez Lionsgate, on doit se frotter les mains et souffler un bon coup en pensant à la déconfiture de Disney avec John Carter. Bref, Hunger Games est bien parti pour finir la course en tête, en dernier survivant.

 

Avec ses 155 millions $ de recettes en un week-end, le premier volet d'Hunger Games se place directement à la troisième place des meilleurs démarrages, et talonne l'ultime épisode d'Harry Potter et The Dark Knight, respectivement en 1re et 2e position. « C'est la naissance d'une franchise. Un tel démarrage, c'est ahurissant » a commenté David Spitz, responsable de la distribution chez Lionsgate, la boîte de production du film.

 

 

C'est la dure loi de l'entertainment : une franchise fait disparaître la précédente. Enfoncés, les vampires de Twilight, avec un premier volet qui n'avait amassé « que » 70 millions $ pour son premier week-end d'exploitation, la honte. Et ces dames n'ont pas boudé leur plaisir, puisque CBC News rapporte que 61 % des spectateurs étaient des femmes.

 

« Je contemple leurs visages tandis que les chiffres s'affichent et qu'ils réalisent ce qu'ils ont accompli : la plus grande joie du business !!! » n'a pu s'empêcher d'écrire Joe Drake, responsable du projet chez Lionsgate, dans un e-mail. Il s'agit sans conteste du plus grand succès de Lionsgate, quelques années après... Fahrenheit 9/11 du documentariste Michael Moore.

 

Un tel démarrage reste inhabituel, même pour un blockbuster, dans une période de l'année généralement boudée par le public, et beaucoup de spécialistes du côté d'Hollywood prédisent le box-office le plus impressionnant de l'année. D'autres nuancent cette hypothèse en pointant des résultats à l'étranger encore timides : 59,3 millions $ en Grande-Bretagne, Russie, France, Australie, et autres. La critique hexagonale a étonnement bien accueilli le film, qui a tout de même fait moins bien au démarrage à l'étranger que... John Carter

 

Les voies du septième art sont impénétrables.

 

Tous les livres de Hunger Games, à retrouver