Avec Tu n’habiteras jamais Paris, Omar Benlaâla ravit la Porte Dorée

Clément Solym - 19.04.2019

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Omar Benlaâla - prix littéraire - prix Porté Dorée


Le Prix littéraire de la Porte Dorée 2019 a été attribué ce jeudi 18 avril à Omar Benlaâla pour Tu n’habiteras jamais Paris (Flammarion). Le prix récompense chaque année une œuvre de fiction écrite en français ayant pour thème l’exil, l’immigration, les identités plurielles ou l’altérité liée aux réalités migratoires. Il est doté de 4 000 euros.
 



Anouche Kunth, membre du jury, s’est enthousiasmé pour ce récit : « La force de ce livre, autant que sa grande délicatesse, est d’avoir su rassembler cailloux et mots en un même matériau (…) C’est le récit de “petites gens”, “gens sans histoires”, “gens de peu”, ceux qui ne manient pas les mots de la belle littérature et s’éteignent sans avoir laissé de témoignage écrit .»

C’est le récit de deux trajectoires, de deux maçons exilés dans la capitale, Paris. 150 ans les séparent et pourtant leurs récits de vie se croisent dans le même quartier, se rencontrent aux travers les mêmes luttes et se ressemblent au point de ne plus savoir de qui le narrateur parle. Bouzid Benlaâla et Martin Nadaud partagent beaucoup plus que leur métier. 

L’histoire individuelle se mêle à celle d’un quartier parisien, celui de Ménilmontant et à son évolution « ce quartier était un continent ». La littérature nous offre ici une lecture urbaine de l’histoire non seulement de ce quartier, mais de tout Paris. 

C’est aussi un récit sur deux destins et sur l’émancipation de deux parcours servis par une double narration. Omar Benlaâla signe un hommage à son père, à Martin Nadaud et à Paris. Un jour, Omar décide d’enregistrer les souvenirs de Bouzid. Le fils et le père. L’écrivain et le maçon. C’est dans leur langue mêlée que l’un reconstruit le parcours de l’autre : celui d’un homme, drôle et valeureux, venu de Kabylie à Paris en 1963. 

Bientôt, un troisième personnage s’invite dans le récit : Martin Nadaud. Lui est né en 1815, dans la Creuse. Comme Bouzid, il a choisi l’exil et trouvé sa place dans l’Est parisien. Lui aussi est maçon. Devenu l’un des rares députés ouvriers, lui aussi s’est posé les questions de l’injustice sociale et de l’instruction des plus pauvres. 

Trois autodidactes — un grand républicain, un chibani, un jeune homme sensible aux récits de migrations d’ici et d’ailleurs — s’épaulent dans la voie de la connaissance. Pour tracer une autre histoire de France. Où l’on croise Perec et une étrange assistante sociale, George Sand et Enrico Macias, Slimane Azem et Alain Corbin, et le peuple des bâtisseurs.

Omar Benlaâla naît à Ménilmontant (Paris) en 1974, dans une famille d’immigrés algériens. Précocement déscolarisé, il vagabonde pendant plusieurs années. En 2014, il publie en ligne un bref récit autobiographique sur le site Raconter la vie. Les éditeurs de la collection éponyme lui proposent alors d’en faire un livre : La Barbe paraît au Seuil un an plus tard.

Son roman L’Effraction sort en 2016 aux éditions de l’Aube. Tu n’habiteras jamais Paris, son troisième ouvrage, est édité chez Flammarion en 2018.



Omar Benlaâla – Tu n’habiteras jamais Paris – Flammarion – 9782081445956 – 19 €

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Flammarion
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782081445956

Tu n'habiteras jamais Paris

de Omar Benlaala

Un jour, Omar décide d'enregistrer les souvenirs de Bouzid. Le fils et le père. L'écrivain et le maçon. C'est dans leur langue mêlée que l'un reconstruit le parcours de l'autre : celui d'un homme, drôle et valeureux, venu de Kabylie à Paris en 1963.

J'achète ce livre grand format à €