Avignon, son Festival, son Forum... et un maire Front national ?

Nicolas Gary - 25.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Palais des papes - Festival d'Avignon - élections municipales


Trois cent trente listes estampillées Front national seront présentées au second tour des élections municipales. Après avoir gagné Orange et Hénin-Beaumont, le parti de Marine Le Pen s'est également très bien positionné dans plusieurs communes et se retrouve au second tour dans un très grand nombre d'entre elles. Un trop grand nombre. Parmi ces villes, Avignon, avec 29,63 % des suffrages. 

 

 

 Palais des Papes

mφop plaφer, CC BY SA 2.0

 

 

Philippe Lottiaux (FN) a devancé la socialiste Cécile Helle, qui n'aura recueilli que 29,54% des voix. Et c'est dans ce contexte de scénario catastrophe que le directeur du Festival d'Avignon, lieu de théâtre et de culture essentiel dans la ville, est intervenu. « Je ne me vois pas travaillant avec une mairie Front national. Cela me semble tout à fait inimaginable. Donc je pense qu'il faudrait partir. Il n'y aurait aucune autre solution », déclarait Olivier Py, qui dirige la manifestation. 

 

Mais il n'y a pas que le Festival lié au théâtre, dans la ville : on retrouve également le Forum d'Avignon, un think tank dédié à la culture. « Nous n'avons pas à nous prononcer, parce que nous sommes une organisation apolitique. » De nombreux partenariats ont été mis en place avec la ville, « mais nous n'entretenons pas des relations régulières comme ce peut être le cas pour le Festival ». 

 

Mais il n'y a pas que le Festival lié au théâtre, dans la ville : on retrouve également le Forum d'Avignon, un think tank dédié à la culture. Pourtant, la déclaration d'Olivier Py n'a pas manqué d'interpeller « Nous n'avons pas à nous prononcer à ce stade, parce que nous sommes une organisation apolitique. » DE nombreux partenariats ont été mis en place avec la ville depuis 2008, « mais nous n'entretenons pas des relations aussi intimes pour le développement de la ville comme ce peut être le cas pour le Festival. Après six éditions réussies, nous étions déjà en pleine réflexion, pour faire évoluer l'événement qui ne prendra pas la forme de Rencontres internationales en novembre comme c'est le cas depuis 2008. »

On imagine mal le Palais des papes déserté cependant. « Cela fait six années que nous investissons Avignon, nous nous ne quittons évidemment pas Avignon. Au contraire, nous faisons rayonner le Forum à Bilbao (premiere édition en mars), troisème édition du Forum d'Avignon Ruhr à Essen, les 11 et 12 juin prochain. »

 

Dans le même temps, les équipes du Forum et celles du Festival travaillent actuellement de concert. « Il est prévu que le Forum intervienne, au cours du Festival dans des modalités qui sont en cours de définition. Cela pourrait prendre la forme de débats, ou la constitution de tables rondes sur nos thèmes de prédilection, le lien positif entre culture, économie et développement des territoires. » Et si le Festival déménage ? « D'ici un mois, nous devrions annoncer les choses plus concrètement, concernant notre implication dans le Festival. S'il part… nous le suivrons, vers sa nouvelle destination. »

 

Dans Le Monde, Olivier Py a développé son propos. L'édition 2014 aura de toute manière bien lieu dans la ville, même si le FN passe, sauf qu'elle reposera sur une forme de résistance. En revanche, 2015 se ferait bien ailleurs. « Je ne vois pas comment un directeur du Festival pourrait travailler sans compromission avec une mairie FN : il est totalement imbriqué dans la ville, sans laquelle il n'est pas possible de l'organiser, techniquement, et à qui il rapporte près de 20 millions d'euros chaque année. »

 

Et surtout, il est impensable que la mairie puisse de désengager de la manifestation. L'État compenserait-il ce désistement ? Le candidat FN a assuré que s'il remportait la mairie, il n'interviendrait pas, et que les relations houleuses entre le FN et le monde de la culture appartenaient au passé.

 

Espérons que personne n'aura à le vérifier.

 

De son côté, la ministre Aurélie Filippetti, en marge de la conférence de presse donnée hier au Salon du livre de Paris, a été claire : « Du point de vue de la culture, la percée du Front National est inquiétante pour ces villes. Dans le passé, il y a toujours eu des attaques très graves de la politique culturelle, avec des coupes dans les subventions et des atteintes à la liberté de programmation dans les théâtres ou bibliothèques. Des interventions des élus FN, il y en a des exemples innombrables. » Et d'ajouter : «  Nous serons vigilants et intraitables vis-à-vis du FN. Nous veillerons à la liberté de tous les acteurs culturels. »

 

Wait and see