Avignon : une pièce anti-nucléaire menacée de déprogrammation ?

Lauren Muyumba - 16.07.2013

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Brut de Béton - Festival Avignon - L'Impossible Procès


Depuis lundi 15 juillet 2013, le premier volume L'Impossible Procès est distribué par l'association ABC'Éditions. Cet ouvrage héberge le texte de la pièce de théâtre du même nom, qui s'est jouée pour la première fois ce lundi à Montfavet, dans le cadre du Festival Off qui réunit 1265 spectacles. Mais une question demeure : la maire d'Avignon risque-t-elle d'interdire le spectacle?

 

 

 

 

L'affiche donne le ton, avec la citation d'Olivier Florens, vice-président du Conseil général du Vaucluse  : « Être élu aujourd'hui et faire la promotion de cette industrie est un acte criminel. » Une manière de pointer du doigt, pas seulement le gouvernement, mais aussi toutes les décisions qui s'effectuent à petite échelle. 

 

Le festival d'Avignon, dont la 67e édition se déroule du 5 au 26 juillet, aura évidemment, comme tous les ans, rassemblé de nombreuses affiches et pancartes dans tous les coins de rue, dès le début. Mais cette affiche sort du lot, en annonçant la parution des deux volumes de L'Impossible Procès qui dénoncent notamment haut et fort, la responsabilité des élus locaux. 

 

La pièce L'Impossible procès se joue du 15 au 21 juillet, à 16h30, au Grand Théâtre (salle polyvalente) de Montfavet (quartier de la commune situé à quelques kilomètres de l'agglomération avignonnaise). L'intrigue est basée sur une catastrophe nucléaire imaginaire et les conséquences dramatiques qui s'ensuivent : la consolation des pleurs, les actions en justice, la difficulté à désigner ceux à qui revient la faute...

 

 

Un message en pièce et en livres

 

 

La pièce, créée en 2012, est mise en scène et écrite par la compagnie Brut de Béton Production (Bruno Boussagol à la réalisation, Jean-Louis Debard à l'écriture). Et Jean-Jacques Masot Urpi, directeur de publication chez ABC'Editions, a décidé de la mettre en forme pour en faire un ouvrage. « Le but est de faire suivre le message de Brut de Béton », explique Aline, d'ABC'Editions. « On est à Avignon pour le vendre, vous ne le trouverez pas en librairie. Nous sommes une association loi 1901, donc nous n'avons pas de distributeur. » Le livre est vendu sur le lieu de la représentation et la vente se fera par correspondance après le festival. « Il suffira d'envoyer un courrier. On pourra le vendre lors d'une manifestation anti-nucléaire, ou si la pièce est rejouée », précise-t-elle.

  

Le deuxième ouvrage, regorgera de paroles de témoins et spectateurs de la pièce, qui ne mâcheront pas leurs mots pour exprimer leur désaccord face à la perpétuation de l'industrie du nucléaire. « C'est une écriture collective qui regroupe les réflexions des uns et des autres. » Les témoignages vont ressurgir lors de réunions organisées et de discussions après la pièce. Même si ce deuxième volume devrait paraître en septembre, la couverture apparaît bel et bien sur l'affiche qui circule à Avignon. Maintenant, reste à se consacrer au contenu.

 

ABC'Editions est loin d'être un éditeur comme les autres. Les textes choisis « sont nos coups de coeur ». L'association s'est occupée de la mise en page puis a fait appel à un imprimeur. Pour la suite, « on fait avec les moyens qu'on a ». Leur recette ? Convictions personnelles, actions citoyennes anti-commerciales, respect de l'environnement, ouverture intellectuelle, théâtre de l'opprimé...

 

 

 

 

Coup de théâtre ?

 

 

La municipalité a rapidement réagi, en voyant les affiches.  « La mairie nous a demandé de prendre nos précautions, sous peine d'annuler la représentation s'il y a des débordements », déclare Ange Pagamucci de Teknibox, la boîte privée qui gère la salle de spectacle municipale. Menace sérieuse ou fausse alerte ? En tout cas, les élus semblent la mettre en sourdine auprès d'ABC'Editions. « J'ai appelé le cabinet de la maire mais il n'y a pas de suite donnée », précise Sophie. 

 

Contacté par ActuaLitté, le service de communication de la mairie d'Avignon a pourtant affirmé ne pas avoir eu vent de cette histoire, en soulignant « qu'il n'y a aucune installation nucléaire dans notre département », et « qu'il n'y a pas de débat là-dessus ». Dans tous les cas, même si la maire voulait interdire la pièce, elle ne le pourrait pas, car « la programmation est supervisée par le Festival Off », comme rapporté par le service communication. Contactée par ActuaLitté, le service presse du Festival Off a toutefois démenti s'occuper de la programmation : « Chaque compagnie décide de venir. »

 

Les affiches qui font la promotion des livres de L'Impossible Procès doivent être enlevées après chaque représentation, pour laisser la place aux affiches des autres spectacles : « Certains sont musicaux et vendent des disques », explique Ange Pagamucci. Pas de censure donc, mais une séparation voulue par Teknibox, entre ce qui relève de la pièce et ce qui relève du livre. Les tracts de la pièce, quant à eux, continuent à être librement distribués dans la ville.

 

 

Sur fond de lutte anti-nucléaire

 

 

Sophie d'ABC Editions, en ce moment sur place, résume la situation : « La municipalité d'Avignon continue à soutenir le festival, en matière de divertissement, mais la dimension politique les gênent beaucoup. » Les élections municipales auront lieu en 2014 et « ils sont tous en pré-campagne. Je pense que la maire a eu un coup de panique ».

 

 

 

 

Ange Pagamucci est du même avis : « La ville d'Avignon ne souhaite pas que ça déborde ». Teknibox a contacté la compagnie Brut de Béton qui leur ont confirmé qu'ils n'avaient rien à voir avec les manifestations anti-nucléaire, et que leur pièce, même si elle comporte un message, est un acte artistique avant tout. Même si la première représentation d'hier s'est bien passée, la situation reste tendue : la décision finale reviendra à la municipalité : « Le lieu appartient à la ville et on ne peut que se plier à leur demande », avoue Ange Pagamacci.

 

La crainte de la part des élus s'explique par le fait que la région comprend de nombreux mouvements et collectifs anti-nucléaires, tels que CAN84 et Stop Tricastin. Dans la Drôme, une vingtaine de militants de Greenpeace ont été interpellés ce lundi 15 juillet. Ils avaient réussi à entrer dans la centrale nucléaire de Tricastin pour fixer des banderoles alarmistes sur les risques d'accident, telles que « François Hollande: président de la catastrophe ? »

 

Ci-dessous, la promotion de la pièce L'Impossible Procès, devant le Ministère de la Santé à Paris:

 


L'impossible procès - Ministère de la Santé... par IndependentWHO




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.