Bad Sex in Fiction Award 2012 : huit auteurs sélectionnés

Clément Solym - 21.11.2012

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Bad Sex Award - J.K Rowling - E.L James


La liste des nominés pour le prix Bad Sex in Fiction 2012, récompense parmi les plus douteuses, a enfin été dévoilée. Parmi les auteurs sélectionnés par le jury de cette nouvelle édition, on retrouve l'américain Tom Wolfe, déjà distingué en 2004. Et surprise, les organisateurs ont annoncé que ni The Casual Vacancy de Rowling, ni la trilogie Fifty Shades of Grey de E.L James n'ont été jugés assez indignes pour remporter le prix tant redouté. 

 

Credits TomWolfe.com

 

 

Le Bad Sex in Fiction Award a été créé par la Literary Review en 1993, pour « attirer l'attention sur l'utilisation crue et souvent superficielle des redondants passages de descriptions sexuelles dans le roman moderne, et de décourager cette utilisation ». D'entre les prix littéraires, il y a aussi celui que l'on paie de sa personne, et que seuls les courageux vont se faire remettre en main propre.

 

Depuis sa création, la « récompense » a été décernée à des auteurs comme le récidiviste Tom Wolfe, Normal Mailer, Giels Coren, Sebastian Faulks ou encore Melvyn Bragg.

 

Toujours en lice cette année, leurs ouvrages entre les mains expertes des examinateurs en attendant la cérémonie prévue pour le  4 décembre, on retrouve : The Yips de Nicola Barker (Fourth Estate); The Adventuress de Nicholas Coleridge (Orion); Infraredby de Nancy Huston (Atlantic); Rare Earth de Paul Mason (No Exit Press); Noughties de Ben Masters (Penguin); The Quiddity of Will Self de Sam Mills (Corsair); The Divine Comedy de Craig Raine (Atlantic); et enfin le Back to Blood de Tom Wolfe (Jonathan Cape).

 

Bien que pressenti pour figurer au sein de la sélection 2012, le potentiel du premier roman pour adultes de Rowling a été négligé par les juges. En dépit de quelques extraits dans le ton du concours, son écriture n'aurait pas été jugée assez mauvaise.

 

Quant à la trilogie porno pour maman de E.L James, elle ne répondait pas aux critères de participation, les genres érotiques et pornographiques étant volontairement exclus de la compétition.