Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Beyoncé fait l'attachée de presse pour Fifty Shades of Grey

Antoine Oury - 21.07.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - cinquante nuances de grey - Beyoncé instagram - trailer du trailer


Le premier volet de l'adaptation de la trilogie d'EL James, Fifty Shades of Grey, ne sera en salles que début 2015, le 11 février pour être exact. Mais la promotion faramineuse a déjà commencé, et les studios n'ont pas lésiné sur les moyens. Avec l'aide de la chanteuse Beyoncé, ils viennent de lancer un nouveau concept, le trailer de trailer...

 

 

Jamie Dornan, aka Christian Grey

 

 

Un joli coup de pouce pour faire monter l'attente : la chanteuse Beyoncé a posté sur son compte Instagram quelques images du film, réunissant en quelques heures quelque 385.000 « likes » sur le réseau social. Et sans révélations fracassantes : le « phénomène mondial » se limite pour le moment à des doigts qui tapent, une main qui glisse, et une clé qui pénètre - oui, juste une clé.

 

Rien de véritablement érotique, en fin de compte, mais il fallait s'y attendre : la chanteuse pourrait toutefois se retrouver associée au projet, et peut-être en assurer la bande originale. Certains assurent que les gémissements sont ceux de la Lady elle-même, mais ça, seul Jay Z pourra le confirmer.

 

Le film compte à son casting Dakota Johnson et Jamie Dornan en couple sulfureux, et un nouveau trailer, peut-être un peu plus consistant, devrait être dévoilé ce jeudi. Rappelons que les premières images présentées à la presse n'avaient pas vraiment convaincues, chacun déplorant l'esthétique policée de l'adaptation réalisée par Sam Taylor-Johnson.

 

Récemment, Forbes a dévoilé le salaire d'EL James, l'auteure des livres originaux : 25,5 millions £ net (44 millions £ brut) auraient été touchés l'année dernière, soit 41 millions €. Ce qui revient à 90.000 £ par jour, ou 112.000 € quotidiennement. De quoi voir venir... 100 millions d'exemplaires de la trilogie livresque ont été écoulés dans le monde, avec des traductions en 51 langues différentes, en trois ans. 

 

Dans ces revenus exceptionnels, le film n'a pas compté pour rien, mais le cachet touché par l'auteur n'a pas (encore) fuité...