Blanche-Neige, ses sept nains et la vilaine Julia Roberts

Clément Solym - 24.11.2011

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Blanche-Neige - film - Julia Roberts


Il était une fois, dans un château, une magnifique princesse, dont la peau était blanche comme la neige et les cheveux noirs comme la nuit. Tout de suite, ça donne envie, n'est-ce pas ? On a l'impression d'un cadavre, façon vampire, exsangue et tout le barda.

 

Pourtant, c'est bien ainsi que commencera Blanche-Neige, ou Schneewittchen, en allemand, dans la version que les frères Jacob et Delafon et Wilhtelm Grimm ont publiée en 1812, et qui rendit définitivement le mythe éternel.


Mirror, Mirror, en allusion probablement à la belle-mère acariâtre, qui, on vous rassure, meurt à la fin, sortira le 16 mars aux États-Unis et en France, aussi, sûrement.


Melisa Wallack et Jason Keller ont bossé sur le scénario. Tandis que Tarsem Singh était à la réalisation.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.