BookExpo America : le numérique ne laisse personne indifférent

Clément Solym - 02.06.2008

Culture, Arts et Lettres - Salons - BookExpo - America - Kindle


Alors que le BookExpo America s'est achevé hier, plusieurs témoignages font part d'un certain malaise entre acteurs, tout particulièrement après une conférence pilotée par Jeff Bezos.

Le numérique au centre des attentions

Son Kindle a en effet été largement salué pour son confort d'utilisation, mais l'enthousiasme est largement modéré par la montée en puissance d'Amazon, qui se pose de plus en plus en situation de libraire. De même, les ventes de ebooks pour le Kindle bien en deçà des prix payés à l'éditeur inquiète largement : beaucoup redoutent que cette popularité ne serve à faire pression plus encore sur l'industrie de l'édition.


Les libraires présents sont également préoccupés par les ventes de livres électroniques qui pourraient menacer les ventes de livres papier, et se révéler bien plus qu'un simple effet de mode. Pour certains, cette situation est réellement perçue comme une menace.

Explosion récente mais exponentielle

Tout le monde s'accorde à dire que les ventes de ebooks sont exponentielles, Penguin l'avait dernièrement reconnu. L'annonce également faire par Simon & Schuster de proposer 5.000 livres pour le Kindle témoigne d'un engouement et d'un intérêt.

Si l'explosion du livre électronique s'est réalisée en 2000 avec la vente de 600.000 exemplaires de Ridind the Bullet de Stephen King, Mme Carolyn Reidy, de S&S, estime que l'on se trouve « finalement à un point de rupture » sans développer plus son propos.

Vers une cannibalisation numérique ?

Et la concurrence avec le Reader de Sony, si elle émule le marché, n'en pose pas moins les mêmes problèmes concernant les formats électroniques. Sauf que Jeff Bezos ne voit pas les ebooks remplacer les livres papier. Pour les éditeurs, c'est la cohabitation des deux possibilités qui pose problème et certains redoutent une cannibalisation de l'un par l'autre. Et pas vraiment au profit du papier...

L'industrie reste donc perplexe et les mutations qui ont commencé voilà quelque temps n'ont pas fini de se répercuter et de transformer les mentalités...