Boualem Sansal, prix Roman-News aux couleurs d'Alger

Clément Solym - 30.05.2012

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Boualem Sansal - Rue Darwin - Prix RomanNews 2012


L'écrivain Boualem Sansal a reçu hier le Prix du Roman-News 2012 pour son roman Rue Darwin (Gallimard). Les jurés ont récompensé un ouvrage inspiré de la vie de son auteur, mais qui s'inscrit, comme le veulent les préceptes du Roman-News, dans une vision à plus grande échelle de l'histoire contemporaine de l'Algérie.

 

C'est au coeur d'un Publicis Drugstore fourmillant d'agitation et de lecteurs que les jurés du prix du Roman-News ont dévoilé le nom du lauréat, l'auteur de Rue Darwin, paru en août dernier chez Gallimard. Boualem Sansal a ensuite reçu un chèque d'un montant de 3000 €, la dotation de la récompense.

 

De gauche à droite : Jean-Louis Debré, Michel Schneider, Véronique Nichanian, Mohammed Assaouï, Boualem Sansal, Isabelle Giordano

 

Rue Darwin est le sixième roman de Boualem Sansal, dans une oeuvre qui compte plus d'une vingtaine de publications. Connu pour ses prises de position, l'écrivain a fait référence à Albert Camus (« Camus c'est mon héros ») et a raconté sa rencontre avec l'écrivain en Algérie, alors que celui-ci lançait son appel à la fameuse trêve civile, en 1957. Sansal a décrit son pays natal comme une « Babel horizontale » où les cultures se mêlent, parfois non sans heurts.

 

Rue Darwin

Retrouver Rue Darwin, 

en librairie

La quatrième de couverture de Rue Darwin :


« Après la mort de sa mère, Yazid, le narrateur, décide de retourner rue Darwin dans le quartier Belcourt à Alger, où il a vécu son adolescence. « Le temps de déterrer les morts et de les regarder en face » est venu.
Son passé est dominé par la figure de Lalla Sadia, dite Djéda, sa toute-puissante grand-mère adoptive, qui a fait fortune installée dans son fief villageois – fortune dont le point de départ fut le florissant bordel jouxtant la maison familiale.


Né en 1949, Yazid a été aussitôt enlevé à sa mère prostituée, elle-même expédiée à Alger. Il passe une enfance radieuse au village, dans ce phalanstère grouillant d'enfants. Mais quand il atteint ses huit ans, sa mère parvient à l'arracher à l'emprise de la grand-mère maquerelle. C'est ainsi qu'il débarque rue Darwin, dans une famille inconnue... »


En recevant son prix, Boualem Sansal a lâché, sourire aux lèvres : « À ce tarif, préparez-vous pour un Rue Darwin 2, 3, 4... »