BP fait du mécénat, les arstistes refusent son pétrole

Clément Solym - 07.07.2010

Culture, Arts et Lettres - Salons - financement - pétrole - BP


Un collectif d’artistes et d’écrivains lancent une pétition contre le financement de la National Gallery of British Art, aussi appelé Tate Britain, par BP. Mais si, BP, avec un P pour pétrole qui continuerait de couler dans le Golfe du Mexique en poursuivant sa marée noire si l'opinion internationale n'avait pas fait pression et qu'aujourd'hui, la société est dans un tel état de fébrilité et de fragilité que les autorités anglaises sont obligées de la protéger d'une OPA sauvage...

Allons, vous voyez bien que cela vous dit quelque chose.

Publié dans The Guardian la semaine dernière, le document en appelle au musée anglais pour dissocier son image du géant pétrolier responsable d’une marée noire dans le golfe du Mexique. Mais pas seulement.

La lettre accuse également British Petroleum et Shell d’avoir un impact néfaste sur les droits de l’homme, l’environnement et le réchauffement climatique.


D’après Art Info, le premier signataire, Hans Haacke de la pétition serait un vétéran de la lutte contre le financement opaque d’institutions artistiques par les pouvoirs publics.

Dans la lettre, le collectif compare l’aura de respectabilité passée de l’industrie du tabac avec celle déclinante des grands groupes pétroliers.

Dans tous les cas, ce genre de pétition n'est pas faite pour stabiliser la société...