Buichi Terasawa, créateur de Cobra “très inspiré de Belmondo”

Fasseur Barbara - 09.07.2018

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Buichi Terasawa Exposition - Japan Expo Terasawa - Cobra Terasawa Buichi


Le Space Opera était à l’honneur cette année au festival Japan Expo. Et pour l’occasion, la convention célébrait l’un de ses plus grands noms, Buichi Terasawa, malheureusement absent de l’événement. L’exposition Aux frontières de l’imagination a rendu hommage à son travail en donnant au passage un éclairage exclusif sur ses techniques de réalisation de manga numérique.

 

 

Le parcours était composé en partenariat avec les éditions Isan manga, qui pour l’occasion ont réédité les aventures de Cobra. Dans un espace hors de l’agitation et de l’effervescence de Japan Expo, 150m2 étaient consacrés à l’artiste, laissant à voir des planches de mangas, des illustrations de ses différents personnages, de nombreux produits dérivés, le tout accompagné de commentaires et d’explications apportés par Buichi Terasawa lui-même.

L’exposition consacrée à un travail considéré comme pionnier du manga par ordinateur s’ouvre sur une exploration en profondeur des techniques de dessin. L’artiste présente son matériel, explique ses choix avant de se lancer dans la réalisation d’une planche étape par étape du brouillon au résultat final en passant par la colorisation numérique. Chaque progression est expliquée, comparée jusque dans les particularités des logiciels : c’est un véritable tutoriel que livre l’artiste.


 

L’exposition parcourt également la carrière de l’artiste de ses balbutiements de mangaka sur le tard dans le shojo avant de se lancer dans le shonen pour lequel il est aujourd’hui connu. Tous les formats sont explorés, dont ses histoires courtes comme Daichi yo aoku nare, récit d’anticipation d’une trentaine de pages qui abordait déjà les thématiques phare de l’auteur.

Ce dernier lui vaudra une mention honorable à la 13e édition du prix Tezuka du magazine Weekly Shonen Jump.
 

Cobra est très inspiré de Belmondo”


Puis, rapidement, le visiteur est immergé dans l’univers de Cobra, le pirate de l’espace. C’est toute la galerie des personnages qui est explorée et interprétée par leur créateur. Space Adventure Cobra paraît pour la première fois en 1978 dans le 45e numéro du Weekly Shonen Jump. Armé de son célèbre psychogun (ou Rayon Delta), il fera face avec Lady, un cyborg féminin, aux Pirates de l’Espace et à la Police Intergalactique.


C’est Noël pour la génération 80 :
Cobra revient dans un énorme coffret


Viennent ensuite The Black Knight BAT, Kabuto le dieu corbeau, Midnight eye Goku ou encore Takeru qui marque son passage au tout numérique dès 1992. De nombreux planches et commentaires proposent une explication en profondeur de chacun de ses titres comme de véritables étapes dans la carrière du mangaka.

 

<

>

 

Pour conclure, on retrouvera une interview vidéo de Buichi Terasawa ainsi que de nombreux ouvrages à feuilleter, dont ses titres plus récents au style tout particulier. À la tête d'une oeuvre proche d’un « roman photo cyberpunk », aujourd’hui, il photographie acteurs et mannequins avant de les intégrer aux décors qu’il réalise par ordinateur.

Avant-gardiste, l’artiste ne cesse d’explorer de nouvelles techniques.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.