Cécile et Bernard Pivot : "la vraie France insoumise, c'est celle des lecteurs"

Fasseur Barbara - 16.03.2018

Culture, Arts et Lettres - Salons - Cécile Bernard Pivot - Livre Paris 2018 - Grande Scène Lire!


Rendez-vous était donné à 15 h tapantes sur la Grande Scène du salon Livre Paris. Et ils étaient nombreux à être venus se faire conter la lecture par Cécile et Bernard Pivot en personne. Lecteur professionnel et lectrice amatrice, père et fille côte à côte pour parler de leur livre à deux voix, mais pas à quatre mains, Lire!, paru il y a deux jours seulement aux éditions Flammarion.


(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

Attention à ne pas oublier ce point d’exclamation rouge qui claque sur la couverture, "point d’incitation" comme le précise Bernard Pivot. « La ponctuation, c’est comme des oiseaux qui volent au-dessus des mots, elle ajoute de la poésie sans quoi ce titre Lire ce serait bien trop banal ».

Et cet ouvrage n’a rien de banal, le duo insiste, et, reprend Marie-Madeleine Rigopoulos qui anime le débat, si le roman est certes à deux voix, il n’a pas été rédigé à quatre mains. « On a mis sur le papier 20 titres de chapitre, un plan, puis il n’y a plus eu aucune concertation pendant six, sept mois à travailler chacun de notre côté » explique Cécile Pivot. Ils se sont retrouvés après, une fois les manuscrits finis, pour la mise en commun, l’édition, mais également la sélection des magnifiques illustrations qui enrichissent l’ouvrage.

C’est le choix de Bernard Pivot, lecteur professionnel, d’écrire avec sa fille sur ce qu’est la lecture. « Les éditeurs m’ont souvent demandé de parler de mon expérience. Mais ce que j’ai à dire n’a pas d’intérêt pour le public » ajoute-t-il. On a bien du mal à le croire et pourtant, il explique qu’il ne lit que dans le but de préparer ses travaux là où sa fille a toujours lu pour l’amour des livres.

« Je n’ai aucun mérite, je suis payé pour lire des livres et je les lis. Ma fille, elle, a du mérite. En dépit de sa profession, de sa vie de famille, de ses obligations, elle se dégage toujours du temps pour lire ». Et au père de montrer une grande fierté pour la folie de lecture de sa fille, c’est pour lui une chance de lui avoir transmis l’amour du livre.

Parce que d’après Bernard, Cécile aurait dû détester les livres, ces ouvrages qui lui ont, enfant, volé son papa, plongé 10 à 12 heures par jours (week-ends compris!) dans des ouvrages qui ne cessaient d’arriver à la maison. « Mais par une sorte de miracle, au contraire, l’enfant révoltée qu’elle était s’est révoltée contre bien d’autres choses, mais pas contre les livres ».

Et lire, c’est une affaire sérieuse pour les Pivot. Bernard Pivot se définit même comme un lecteur janséniste. Le confort dans la lecture, très peu pour lui. Et à Cécile de renchérir, « on ne lit pas au lit, ou dans un transat. Moi, parfois avec un verre de vin blanc, mais toi… » adresse-t-elle avec un sourire à son père. Et Mr Pivot confirme, pas de moelleux, pas de confort, pas de « trucs dans lesquels on s’enfonce ». Assis à une table, un stylo à la main et c’est tout, le plaisir de la lecture doit se suffire à lui même. Il faut être entièrement consacré à la lecture.

Pas de table ou de stylo pour Cécile, mais de nombreuses anecdotes sur un désir de lire qui l’emporte parfois sur l’honnêteté. Sacrifice de lecteur oblige, elle a parfois inventé des déjeuners factices auprès des collègues, ou des heures sup’ imaginaires à ses enfants, pour s’installer une petite heure au café en tête à tête avec son livre.

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

Et quand on leur demande ce qu’est un bon livre, ça se corse. Pour Bernard Pivot, un bon livre n’est pas forcément un livre qu’on aime, c’est un livre qui nous fait vivre des choses hors de nous mêmes. « Lire, c’est prendre des nouvelles des autres, c’est sortir de son carcan personnel. Lire c’est entrer dans le monde par d’autres portes, se frotter à d’autres choses ». Et toutes ces découvertes, ces possibilités d’imprégnation sont un luxe réservé aux lecteurs…

Cécile, quant à elle, aime particulièrement les romans, peu importe leur langue d’origine, ce qui lui importe ce sont les émotions que les mots soulèvent. Le style a bien entendu son importance, le récit doit l’emporter ailleurs. Et surtout, « un bon roman doit me faire me poser des questions ».

Hors du contenu, l’objet livre a pour Bernard Pivot quelque chose de spécial, après tout comme il le dit, ils s’ouvrent comme des boîtes de chocolats et se referment comme des boîtes à bijoux. Pour apprivoiser un livre, il ne suffit pas d’en décortiquer les pages, « il faut le prendre à deux mains, le caresser, l’ouvrir, humer son papier ».

Car un Actes Sud n’a pas la même senteur qu’un Gallimard nous assure-t-il. Il ne serait pas surpris de voir des lecteurs choisir leurs ouvrages au nez autant qu’à la couverture. Et à Cécile d’ajouter, « apparemment, Lire! sentirait le crayon de couleur ! ».
 

Quoi qu’il en soit, pour Bernard, une bibliothèque, « c’est une biographie écrite par les autres, les livres que vous possédez vous racontent. » C’est pour celaqu’il refuse d’ouvrir sa bibliothèque aux curieux de passage. Et quand des journalistes lui demandent de visiter ses étagères lors d’interview, il s’indigne, « Quel culot! » de vouloir le mettre à nu en déshabillant sa bibliothèque.

Enfin, au duo d’assurer que nombreux sont les lecteurs engagés, car un enfant ou un adolescent qui délaisse aujourd’hui amis et smartphone pour un livre, aux yeux des Pivot, c’est le choix de l’héroïsme. Après tout, pour le patriarche : « La vrai France insoumise, ce n’est pas celle de Mélenchon, c’est celle des lecteurs, ceux qui refusent de se soumettre aux tentations modernes ». 

Cécile Pivot et Bernard Pivot - Lire! - Editions Flammarion - 9782081416307 - 25€
 

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.