Césars : Dany boon fait la paix en pantalon jaune

Clément Solym - 28.02.2009

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - césar - dany - boon


La soirée de remise des Césars d'hier au Châtelet a été le théâtre de toutes les surprises. Tout d'abord le film Mesrine qui partait grand favori avec 10 nominations n'aura finalement remporté que trois Césars, ceux du meilleur réalisateur pour Jean-François Richet, meilleur acteur pour Vincent Cassel et meilleur son pour Jean Minondo, Gérard Hardy, Alexandre Widmer, Loïc Prian, François Groult et Hervé Buirette.

Et c'est le film Séraphine qui a fait une moisson de prix avec sept récompenses : Meilleur film, meilleure actrice (pour Yolande Moreau),
meilleur scénario original (pour Marc Abdelnour et Martin Provost), meilleure musique (pour Michael Galasso), meilleurs décors (pour Thierry François) et meilleure photo (Laurent Brunet).

Dany Boon qui s'est fait souffler la récompense pour le meilleur scénario par Séraphine, s'est quand même rendu à la soirée. Il en a d'ailleurs profité pour monter sur scène en pantalon jaune. Il a déclaré sans se départir de son humour et d'un certain sens de l'auto-dérision : « C'est mon smoking des Césars... quand je l'ai acheté ils m'ont dit, c'est pas la peine qu'on vous vende le bas, vous l'aurez jamais, le César ! ».

Le réalisateur de Bienvenue chez les Ch'tis est revenu auprès d'un journaliste de l'AFP sur la polémique engendrée par son refus de venir au César, à l'annonce de l'unique nomination de son film à succès dans la catégorie du meilleure scénario original. Il a expliqué : « La polémique était devenue n'importe quoi. Je ne suis pas habitué à ma nouvelle notoriété. Je n'ai jamais été fâché. Je n'ai jamais boudé. J'estimais que je n'avais simplement pas ma place là où la comédie était si peu représentée ».

Il a ajouté : « On s'est beaucoup parlé avec Alain Terzian. J'ai été très heureux d'apprendre que l'académie allait se réunir pour discuter de la création éventuelle d'un César de la comédie ». Il a donc changé d'avis huit jours avant la cérémonie : « Je me suis dit : autant venir et faire l'andouille. Je suis entré au Châtelet par les coulisses. J'ai hésité sur la couleur du jogging. Je me suis dit que la couleur orange devait bien passer à la télé ! ».

Alain Terzian, le président de l'académie des arts et techniques du cinéma (académie qui organise les Césars) a déclaré à ce propos « qu'il fallait tordre le cou à la polémique, qui avait pris trop d'ampleur, avec d'un côté les radicaux et de l'autre le public » ajoutant « Les Césars, c'est la famille de Dany Boon. Il est chez lui ici ! ».