Cinéma : La Horde du Contrevent de Damasio en cours d'adaptation

Clément Solym - 02.09.2011

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - trouillet - contrevent - damasio


Le site consacré à l’Heroic Fantasy, Elbakin.net, vient de publier en intégralité un entretien avec Hervé Trouillet, directeur de la boîte de prod Forge Animation, à propos du projet Windwalkers, qui n’est autre que l’adaptation en film d’animation 3D du roman d’Alain Damasio, La Horde du Contrevent.

Elkabin.net indiquait déjà en juin dernier que le roman d’Alain Damasio serait adapté en film d’animation 3D par Jan Kounen (Dobermann, 99 francs, …) via la société Forge Animation d’Hervé Trouillet. Le projet, baptisé Windwalkers, est encore en cours de financement. Et si tout va bien, le film devrait sortir dans les salles vers 2014.

Particularité de l’adaptation, le script sera écrit en français puis traduit en anglais pour le tournage. Le film coûtera environ 18 millions d’euros, alimenté en partie par des fonds propres, alors que la boîte contacte en ce moment des distributeurs.

Lors d’un entretien avec Elkabin.net, Hervé Trouillet révèle que l’idée de cette adaptation est née d’un coup de cœur d’Hervé, de Marc Caro et Jan Kounen, tous fans du roman.

A propos de l’adaptation, Hervé Trouillet estime que la Horde est à la fois un livre d’action et d’introspection, et que leur objectif est de coller un maximum au roman, malgré une adaptation qui s’avèrera sûrement complexe étant donnée la richesse du contenu du livre, et il va falloir être sélectif :
« Forcément, on ne va pas pouvoir tout traiter, donc, il faut vraiment arriver à trouver ce qui nous fait le plus vibrer. Et moi, c’est la joute verbale de Caracole par exemple. Pour moi, c’est le plus grand duel du livre, c’est un vrai combat (…) le héros sera forcément Sov, tout en essayant de garder le point de vue de chaque personnage qui est cher à Alain. En même temps c’est assez logique que ce soit Sov, dans la mesure où c’est le scribe de la Horde, c’est lui qui raconte l’aventure de la Horde. C’est aussi lui qui fait le plus de chemin, intérieur j’entends. » Explique-t-il à Elkabin.net
Alain Damasio ne prendra pas part à la réalisation et l’écriture du scénario du film. Trop occupé à d’autres projets, il aide et guide cependant l’équipe de Forge Animation dès qu’il le peut. « En tout cas on lui laissera toujours la place qu’il veut prendre, plus il est là mieux c’est pour nous. Et nous faisons régulièrement des points avec lui, il a rencontré Marc (Caro) et Jan aussi pour qu’il puisse discuter avec eux, c’est très important », précise Hervé Trouillet.


Forge Animation relève le défi de l’adaptation et insiste sur la dimension visuelle du livre qui facilitera les choses :
« Contrairement à ce qu’on pense, c’est un livre qui est justement une invitation à l’adaptation. C’est un peu comme Tolkien avec le Seigneur des Anneaux, on disait que c’était inadaptable, mais de par la nature très visuelle du livre, c’est le contraire. C’est justement ce genre de livres qui fourmillent de détails visuels qui sont plus faciles à adapter. Tu n’as « plus qu’à » raconter.»
C’est bien en forgeant qu’on devient forgeron chez Forge Animation, dont l’équipe d’artisans a pour objectif premier de faire de « beaux films » plutôt que de les commercialiser : « L’idée effectivement ce n’est pas d’avoir une démarche commerciale mais vraiment faire un film qu’on aurait envie de voir. On est vraiment dans cette philosophie là. »

Hervé Trouillet souligne qu’il préfèrera renoncer à une adaptation plutôt que trahir le roman à cause de concessions éventuelles. Rare, et honorable.

Crédit Photo : Hervé Trouillet, formasite.com