Clémentine Goldszal lauréate 2019 du Prix Hennessy du Journalisme Littéraire

Victor De Sepausy - 16.11.2019

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Clémentine Goldszal - Journalisme Littéraire - Prix Hennessy 2019


Clémentine Goldszal, journaliste littéraire pour Elle, Vanity Fair ou encore M Le Monde, a reçu le Prix Hennessy du Journalisme Littéraire à l’occasion d’une cérémonie qui s’est tenue à Cognac ce samedi 16 novembre. Elle succède ainsi à Thierry Clermont, lauréat 2018 et journaliste au Figaro Littéraire.




 

Créé en 1987, le Prix Hennessy du Journalisme Littéraire récompense chaque année un ou une journaliste pour la qualité de son travail – critiques d’ouvrages, enquêtes, reportages, portraits d’auteurs – et son engagement à transmettre son intérêt et sa passion pour la littérature, ses ouvrages et ses auteurs. Cette année, le jury, présidé par Bruno Corty, rédacteur en chef du Figaro Littéraire, et composé de grands noms du journalisme littéraire, avait retenu six finalistes au terme d’un patient travail de sélection.


Née en 1983 et très tôt baignée dans la littéraire, Clémentine Glodszal fait ses premières armes au magazine Elle à partir de 2003, dans le journalisme littéraire mais aussi culturel. Puis, elle prête également ses talents à d’autres journaux et magazines : Le Point, Vanity Fair, Vogue, M Le Monde, Glamour, « Ça balance à Paris » sur Paris Première. En 2017, elle revient chez Elle, qu’elle avait quitté en 2013, où elle est notamment en charge du Grand prix des Lectrices.

Elle écrit toujours pour Vanity Fair, M Le Monde et co-anime « Le Book Club », un podcast pour Louie Média. Elle a récemment signé un entretien avec Bret Easton Ellis pour la sortie de « White », un article sur la non-fiction, hydride mêlant enquête journalistique et récit littéraire, ou encore un reportage sur l’emblématique librairie Square Books, qui accueille depuis quarante ans parmi les plus grands écrivains dans la petite ville d’Oxford dans le Mississippi.
 

« Je suis touchée de recevoir ce prix. Touchée d’abord car c’est une reconnaissance de mes pairs que je tiens à saluer. Touchée aussi parce que c’est une reconnaissance de notre métier, passionnant mais parfois encore méconnu ou mal compris. Ce prix est à ma connaissance unique. L’intitulé « journalisme littéraire » n’est pas anodin. Le mot « critique », au-delà du fait qu’il peut revêtir une connotation péjorative, est réducteur. « Journalisme littéraire » ouvre lui le champ des possibles.

Ce qui n’amine au quotidien, c’est de partager des enthousiasmes, pour des livres, pour des auteurs, pour des littératures, pas seulement pour en faire la critique mais aussi pour m’attacher à ce qu’ils racontent de notre société : à la manière dont ils y prennent vie en même temps qu’ils en sont les échos. Être journaliste littéraire, c’est prendre le pouls de la littéraire et par son prisme, celui de note époque
», déclare Clémentine Goldszal.


Dossier : Littératures européennes de Cognac 2019 : Lille, Bruxelles et Amsterdam 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.