Congrès international à Nancy : Émile Coué, ou l'autosuggestion

Clément Solym - 04.09.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - coue - methode - autosuggestion


Si l’on connaît Nancy pour sa place Stanislas, ou encore pour l’événement Le Livre sur la place, qui débutera sa 33e édition du 16 au 18 septembre prochains, la ville peut se targuer d’avoir abrité un fameux auteur.

Émile Coué de la Châtaigneraie, est mort en juillet 1926 à Nancy. Psychologue, pharmacien, il est l’auteur d’une méthode d’autosuggestion qui n’a jamais cessé d’être d’actualité. La formule est connue :
« Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. » Chaque matin, au réveil, avant de vous lever, et tous les soirs, aussitôt au lit, fermez les yeux et, sans chercher à fixer votre attention sur ce que vous dites, prononcez cette phrase vingt fois de suite
Et voilà que Nancy va accueillir le premier congrès international dédié à la Méthode Coué, et à l’autosuggestion. Spécialistes et auteurs d’ouvrages sur la question se sont réunis durant tout le week-end à Nancy pour débattre, certes, mais surtout rendre justice aux travaux d’Émile Coué.

Un hommage également, puisque c’est à Nancy que les premières expérimentations de Coué eurent lieur.


« Si étant malade, nous nous imaginons que la guérison va se produire, celle-ci se produira si elle est possible », assurait Émile dans ses oeuvres.


Du 2 au 4 septembre, donc, Émile aura été à l’honneur. « Ce congrès, est initié par les Couéistes suisses, allemands et autrichiens, avec la collaboration des associations et pratiquants "Coué" de France. C'est une opportunité offerte aux professionnels, sympathisants et praticiens de l'autosuggestion consciente de se rencontrer et d'échanger sur la célèbre "Méthode Coué" et ses multiples applications. » (voir le site du Congrès)

Et pourtant...

Rappelons cependant cette étude, publiée en juillet 2009, montrant que les guides pratiques de développement personnel peuvent apporter tout le contraire de ce que leurs lecteurs recherchent. Non seulement ils n'en sortent pas plus motivés ni rassurés, mais le livre les déprimerait plus encore. (voir notre actualitté

D’autre part, les ventes de livres en France au cours du premier semestre ont montré que les secteurs bien-être et santé, selon le cabinet Ipsos, ont enregistré une chute de leur chiffre d’affaires de 21 %. (voir notre actualitté