Cosplay : garder ses données et identité secrètes pour les amateurs

Antoine Oury - 20.10.2013

Culture, Arts et Lettres - Salons - New York Comic Con - données personnelles - Twitter


La New York Comic Con, grande messe des amateurs de comics, s'est terminée il y a quelques jours. « Le plus grand événement consacré à la pop culture » ne pouvait pas se passer d'une promotion à la hauteur du nombre de visiteurs qu'il a accueillis pendant 3 journées entières, et s'est donc accordé le droit de prendre le contrôle de leurs comptes Twitter, afin de poster des messages promotionnels. Comment ? Explications.

 

 

New York Comic Con 2013

Batman en a lui aussi profité pour noter quelques 06... (Jere Keys, CC BY 2.0)

 

 

L'affaire est plus que sérieuse, et l'Electronic Frontier Fondation s'en est emparé pour rappeler aux organisateurs que les droits des visiteurs, même déguisés et dans une ambiance bon enfant, ne doivent pas être bafoués. Munis d'un pass RFID, qui peut donc être badgé sans contact, chaque visiteur qui franchissait la porte pouvait être suivi à la trace.

 

Et, s'il avait activé la connexion avec ses réseaux sociaux, moyennant quelques comics gratuits, il acceptait également que le salon utilise son compte Twitter comme support promotionnel : « So much pop culture to digest! Can't. handle. the. awesome. #NYCC », « I can't get enough #NYCC! » ou « So much to see, so much to do! #NYCC 2013 I love you! » étaient ainsi envoyés par les utilisateurs, sans qu'ils ne le veuillent vraiment.

 

Rien de véritablement compromettant, mais tout de même : selon les situations, se voir suivre à la trace pourrait vite devenir gênant, voire carrément anxiogène. De plus, les organisateurs ont souligné que les puces RFID ouvraient « des options illimitées en matière d'accueil de nos fans ». Ce qui fait plutôt bondir la EFF, qui souhaiterait qu'une véritable limitation soit mise en place. Et surtout, que les conditions soient clairement énoncées à l'entrée, pour éviter que des fans ne vendent leurs données personnelles seulement pour quelques comics numériques...

 

Par ailleurs, la EFF n'oublie pas les cosplayers, qui se déguisent et incarnent, jusqu'au mimétisme le plus poussé, leurs personnages favoris. Que devient l'identité secrète, si chacun est capable de vous suivre dans vos déplacements ? Et surtout, si votre employeur vous suit sur Twitter, et vous trouve en Catwoman sexy ou en Hellboy musculeux...?