medias

Création du prix Michel Déon : hommage à un  très grand hussard parmi les hussards

Clément Solym - 15.05.2020

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - François Jonquères dotation - prix Michel Déon - Académie française dotation


Une convention signée entre François Jonquères et le secrétaire perpétuel de l’Académie française devait aboutir à une dotation. Cette dernière visait à la création du grand prix littéraire Michel Déon, tel que défini dans l’accord passé ce 1er octobre 2019.


Michel Déon - S. Veyrié CC BY SA 4.0


Un décret diffusé au Journal officiel ce 12 mai, indique que l’Académie française est désormais « autorisée à accepter, aux clauses et conditions décrites dans la convention », les fonds donnés par François Jonquères.

En août dernier, Michel Déon avait reçu le prix littéraire des Hussards pour Une amitié vagabonde (Ed. de la Thébaïde). A cette occasion, François Jonquères avait signé un texte exprimant toute son admiration pour l’œuvre que l’écrivain avait laissée. 

Michel Déon (4 août 1919 - 28 décembre 2016), avait assuré être « intéressé par les ultimes survivants d’un mode de vie condamné par la marche des siècles ». Et François Jonquères d’y voir là « bien un héros de nos tristes temps ». Et présentait Michel Déon comme « très grand hussard parmi les hussards. »

Membre de l’Académie Française, son siège — le fauteuil F8 — avait été mis au vote à plusieurs reprises, avant que l’écrivain Daniel Rondeau ne finisse pas l’emporter, le 6 juin 2019.

Michel Déon, décédé en Irlande, avait largement mobilisé les intellectuels qui signèrent en février 2018 une pétition pour que l’on octroie une sépulture à l’auteur. Son corps avait été rapatrié pour être incinéré, mais la famille tentait depuis d’obtenir une place au cimetière du Montparnasse. 

À l’époque, Anne Hidalgo s’était abritée derrière le règlement, indiquant : « Nous avons cherché sans les trouver les moyens de rendre possible une dérogation qui au vu des textes et du petit nombre de places disponibles ne l’était pas. » Finalement, les règles avaient pu être contournées, devant la mobilisation du milieu littéraire — on comptait parmi la centaine de signataires Erik Orsenna, Amélie Nothomb, Delphine de Vigan, Yasmina Reza, Didier Decoin, Guillaume Musso, Michel Houellebecq, Eric-Emmanuel Schmitt ou encore Sempé, mais également Antoine Gallimard, Emmanuel Carrère ou Irène Frain.
 

Un prix pour prosateur, libre d'esprit

 

« Ce prix Michel Déon présente une originalité notable puisqu’il est transfrontalier, décerné une année en Irlande, par l’Académie royale irlandaise, et l’autre année, en France, par l’Académie française. L’originalité ne s’arrête pas là, car l’Irlande récompense un essai ou une œuvre non romanesque alors que la France a choisi d’honorer un roman », nous indique François Jonquères.
 

Une dotation de 10.000 € est assurée par le gouvernement d’Irlande, tandis qu’en France, c’est lui qui fait don de la somme pour le lauréat – récompensé tous les deux ans, donc.
 

La création du prix a été validée par sa fille, Alice Déon, et mise en oeuvre par plusieurs amis et fidèles. Il aura pour vocation « d’encourager et récompenser les stylistes, les esprits libres et décomplexés, amoureux de belle littérature, qui ne sont pas effrayés par leur ombre », nous précise François Jonquères.
 

L'écrivain Frédéric Vitoux avait proposé comme définition, validée par l’Académie française : « Destiné à un prosateur de langue française ayant déjà publié plusieurs livres, pour saluer en particulier son style et sa liberté d’esprit. » Ce qui exclurait la poésie, sans limiter les autres genres, à condition que le texte soit en prose. De son côté, l’écrivain Pierre Joannon aura contribué à porter sur les fonts baptismaux le Prix Michel Déon de la Royal Irish Academy financé par le Ministère des Affaires Etrangères irlandais.
 

En 2019, le prix a été décerné pour la première fois en France, à l’occasion du centenaire de la naissance de Michel Déon, à Stéphane Hoffmann (pour Les belles ambitieuses, Albin Michel), lequel venait de recevoir le prix des Hussards, créé par Christian Millau, Marina Cousté et François Jonquères, en 2013.
 

Un cadre légal


L’Académie française, contactée par ActuaLitté précise que dans le cadre de la création de prix, au sein de l’Académie, et une fois le principe validé, une procédure légale intervient pour accompagner la personne à l’origine de la dotation. 

« Soit elle fait don à chaque fois, par un don manuel, des sommes qui correspondent au montant du prix (mais c’est une remise ponctuelle et le prix ne pourra plus exister dès que la somme ne sera plus versée), soit elle donne ou lègue un capital à l’Académie, qui est constitué en fondation (pour laquelle l’autorisation de l’État à disposer des capitaux est nécessaire), et dont le revenu sert à doter le prix. C’est ainsi que le prix peut être pérennisé. C’est le cas de la plupart des prix de l’Académie française, dont les plus anciens encore attribués datent du XIXe siècle. »

L'Académie française décerne ce prix selon les modalités de ses autres "Grands Prix". Il y a, à l'Académie française, deux types de prix: les "Grands Prix" pour lesquels seuls les académiciens proposent les candidatures, et les "Prix de fondations" pour lesquels auteurs et éditeurs peuvent présenter un ouvrage. Des candidatures sont donc présentées par les académiciens dans une commission qui en débat. Cette commission débat également d'autres grands prix. Les résultats des débats et des choix de la Commission sont ensuite présentés en séance plénière à l'Académie française, qui vote le palmarès.

François Jonquères, qui est le donateur du Grand Prix Michel Déon, a souhaité que le prix puisse être établi dans la durée. C’est pourquoi l’Académie a engagé cette procédure administrative de constitution de fondation, dont vous venez de voir le décret d’autorisation. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.