D'Hokusai aux Pokémons, une exposition mangas hors normes au British Museum 

Clément Solym - 24.05.2019

Culture, Arts et Lettres - Expositions - manga - londres - exposition


Le British Museum de Londres vient d’inaugurer la plus grande exposition consacrée aux mangas située à l’extérieur du Japon. La vénérable institution britannique a dévolu plus de 1000 mètres carrés pour notamment retracer l’histoire du genre, avec un parcours depuis Hokusai jusqu’aux Pokémon. Ce sont 50 artistes et 70 mangas différents qui sont exposés. De quoi intéresser les néophytes tout autant qu'un public plus averti. 

Le British Museum de Londres. 
(Image parhurk de Pixabay)

Le directeur du musée Hartwig Fischer a déclaré à l’occasion du lancement de l’exposition le 23 mai : « Prenant appui sur la tradition pluri-séculaire du Japon, les meilleurs mangas ont le pouvoir visuel de nous enthousiasmer et de nous attirer dans leur monde, grâce à des trames narratives inventives qui éveillent nos émotions ».

L’exposition est consacrée non seulement à l’histoire du manga mais aussi à sa place dans la société japonaise et à la culture développée par les fans, le cosplay par exemple. 

Ceux qui ne connaissent rien, ou du moins pas grand chose, à cet univers, profiteront de cette exposition pour apprendre à lire un manga correctement. Ils pourront ensuite découvrir le travail d’Osamu Tezuka (1928-1989), à l’origine du personnage d'Astro Boy ; ils trouveront aussi des esquisses de Dragon Ball. Des oeuvres moins conventionnelles sont aussi représentées, via le travail de Gengoroh Tagame et ses représentations du sadomasochisme. 

Mais l'exposition n’est pas au goût de tout le monde. Dans les colonnes du Guardian, Jonathan Jones questionne le principe de l’exposition consistant à tirer des parallèles entre les grands maîtres japonais et les mangas contemporains. « Et puis quoi encore, on a va comparer Rembrandt et Denis la Malice? », s’amuse-t-il. Bref, il ne recommande pas trop l’expo, lui attribuant seulement deux étoiles sur cinq, jugeant que le musée aurait pu mieux faire. 

On entend déjà les fans s’insurger et crier au mépris. Rassurez-vous, dans le même journal, David Barnett publie une tribune en réponse où il explique que le manga a toute sa place au British Museum, en cela qu’il ne faut pas négliger l’apport du genre à la culture contemporaine. Il met aussi en avant l’intérêt de ce dialogue entre les oeuvres. 

Vous avez jusqu’au 26 août de cette année pour visiter l’exposition et vous faire votre propre opinion, à condition de vous acquitter d’un ticket d’entrée pour le moins onéreux (20 £ sans réduction). 



via The Japan Times


Commentaires
Très recommandé catalogue 978-0-500-48049-6
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.