Daisy Goodwin, du jury du prix Orange, contre la 'littérature de la misère'

Clément Solym - 17.03.2010

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - goodwin - prix - orange


La présidente du jury du prix Orange pour son édition 2010, Daisy Goodwin, semble ne pas avoir apprécié une partie des livres en lice pour la première sélection. En effet l’auteure et productrice TV estime que sur les 129 ouvrages en compétition il y avait beaucoup trop de « littérature de la misère ».

Elle a expliqué que ces ouvrages, tous écrits par des femmes, se focalisaient sur les problèmes tels que le viol, la maltraitance, le deuil, les abus sur des enfants au détriment de la qualité de l'histoire. Elle est revenue sur l’importance de la lecture pour le plaisir, chose que les auteurs et éditeurs semblent avoir oublié selon elle. Elle a déclaré : « Avoir un problème n’est pas suffisant. Le plaisir de la lecture compte pour beaucoup ».

Elle a aussi lancé un appel (presque désespéré) aux auteurs : « Epargnez-moi votre misère », critiquant le côté sombre de la littérature féminine et affirmant que son travail de juré pour ce prix lui donnait l’impression d’être « comme un travailleur social ».