Daredjane reçoit le Prix de la nouvelle érotique 2020 avec “La veuve noire”

Dépêche - 13.10.2020

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix nouvelle érotique - Daredjane slame nouvelle - Diable Vauvert concours


Le prix de la nouvelle érotique, organisé par Les Avocats du Diable, propose chaque année depuis six ans un challenge unique. Écrire une nouvelle en huit heures (la nuit du passage à l’heure d’hiver) sur le thème de l’érotisme. Le tout avec une double contrainte : cette année le contexte de situation était « pendant qu’il est trop tard » et le mot final, « avocat ». 




 

Constatant la maîtrise technique et la qualité des nouvelles en compétition, le jury a délibéré pendant plus de cinq heures pour désigner le lauréat entre les 30 nouvelles finalistes retenues parmi les 233 en compétition, lues et commentées à l’aveugle.

Au dernier tour, quatre nouvelles demeuraient : Toutes les nuits plus une d’Anne Bourrel, Bande d’arrêt d’urgence de Thierry Y. Alves, Je reviens toujours de Nys Meyer et La veuve noire de Daredjane, qui a finalement été désignée lauréate à la très large majorité du jury.

Daredjane est auteure, slameuse, scénariste et musicienne. Elle partage sa vie entre l'écriture, les spectacles de rue et de scène, et l'animation de différents ateliers qu'elle a longtemps conduits à Paris avant de les développer dans les Cévennes (écriture, cinéma, stop motion, percussions, polyphonies...).

Elle remporte un chèque de 3.000 euros et un séjour de trois semaines en Camargue dans la Résidence d'Écriture des Avocats du diable.


La nouvelle lauréate, érotique au plus cru, est bouleversante et d’une brièveté radicale. Remarquable de cohérence, elle traite la contrainte, pourtant lourde, d’une manière si naturelle qu’elle la fait oublier. C’est un texte coup de poing qui assume toutes les dimensions stylistique, lexicale et narrative d’un propos social et libertaire.

Elle plonge dans les bas-fonds d’une prison lors de la dernière nuit des condamnés à mort, pour mettre en scène un personnage éminemment moderne de femme sanctifiée par le sexe, mêle érotisme et tragédie, violence et émotion, vie et mort.

Bien que située dans le même contexte carcéral et composée d’éléments similaires à la magnifique nouvelle lauréate en 2018 d’Éric Abbel, Si le corps est prison, elle s’est distinguée sans appel à une très large majorité. En effet, au terme de cinq heures d’un débat approfondi et passionné, tant sur le fond que sur la forme, le jury n’a pas voulu sanctionner une proximité forcément signifiante, la considérant plutôt comme un défi supplémentaire à porter au crédit d’un texte absolument original.

On pourra lire le texte gratuitement sur le site, et un ebook réunissant l’ensemble des textes sera publié par Au Diable Vauvert ce 5 novembre. Seront à lire :

 

Toutes les nuits plus une d’Anne Bourrel
Je reviens toujours de Nys Meyer
Re-panty de Lycan Strophe
Le chemin du désir oublié d’Isabelle Dauphin
La craque de Joan Sénéchal
Blueberry night de Marie Godart
Feu de Stéphane Hirschi
Celle-ci avance sans voix off de Claire Musiol
Bande d’arrêt d’urgence de Thierry Y. Alves



Pour l'édition 2021 du concours, les textes sont à faire parvenir jusqu’au 10 décembre et le concours aura lieu autour de la nuit de l’orgasme...


crédit photo : xusenru CC 0




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.