Décès de Philip Seymour Hoffman, préfacier d'Arthur Miller

Antoine Oury - 03.02.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Philip Seymour Hoffman - décès - Truman Capote


L'acteur américain Philip Seymour Hoffman est mort hier, à l'âge de 46 ans. Retrouvé dans son appartement, il serait décédé des suites d'une overdose : victime d'une addiction à l'héroïne, le comédien enchaînait les cures de désintoxication. Féru de littérature américaine, son rôle dans Truman Capote lui avait conféré une place particulière dans le milieu de l'édition, jusqu'à la rédaction d'une préface pour une réédition d'Arthur Miller.

 


_MG_0749

Philip Seymour Hoffman en 2010 (Justin Hoch, CC BY 2.0)

 

 

Malgré une filmographie déjà conséquente, avec des rôles chez Joel Coen (The Big Lebowski), Paul Thomas Anderson (Magnolia) ou Anthony Minghella (Le Talentueux Mr Ripley, adaptation d'un roman de Patricia Highsmith), c'est en incarnant Truman Capote, dans le film éponyme de Bennett Miller, que les projecteurs éclairent l'interprète, en 2005. Il faut dire qu'il a reçu pour ce rôle un Golden Globe et l'Oscar du meilleur acteur.

 

Il avait ensuite enchaîné les blockbusters, de Mission impossible 3 à l'adaptation de La Guerre selon Charlie Wilson de George Crile par Mike Nichols, en passant par Good Morning England. Dernièrement, il a également été possible de l'apercevoir dans le dernier volet en date d'Hunger Games

 

Féru de littérature américaine, l'acteur menait également une carrière théâtrale, et a notamment assuré l'interprétation dans des pièces telles que La Mouette de Tchekhov, Le Long Voyage vers la nuit de Eugene O'Neill, Othello de William Shakespeare ou Mademoiselle Julie de August Strindberg. Et, surtout, le rôle de Willy Loman dans Mort d'un commis voyageur d'Arthur Miller, en 2012 à Broadway. Autant de rôles qui lui avaient valu de nombreuses nominations aux Tony Awards.

 

 

 

 

Un projet qui lui tenait particulièrement à coeur, et pour cause, puisque Miller a fait partie de son panthéon littéraire : il s'était d'ailleurs fendu d'une préface pour une nouvelle édition de Vu du pont (A View From the Bridge), en 2010 pour Penguin.

 

« J'y ai pensé, évidemment, mais bien que Miller commentait l'Amérique post-guerre, la classe ouvrière et tout ce qui concernait les luttes, le combat humain, ce qui m'a le plus touché dans leurs luttes individuelles, c'est la façon dont ils réduisent leurs existences au minimum. Leurs péchés ont pu être exacerbés ou amplifiés par la période de l'après-guerre, mais, finalement, l'individu est toujours effacé. La tragédie de la "reconnaissance", à ce titre, semble intemporelle, universelle et impitoyable », écrivait-il alors.

 

Âgé de 46 ans, l'acteur a été retrouvé dans sa résidence de West Village, près de Manhattan. L'Associated Press assure que l'acteur serait mort d'une overdose, probablement due à une injection d'héroïne.