Des cartes postales pour reconquérir le territoire de l'écriture

Clément Solym - 07.03.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - cartes - postales - semaine


« J’accepte de placer cet événement sous mon patronage, compte tenu de l'importance fondamentale que revêt la carte postale, comme support de la mémoire collective et outil documentaire, participant à une histoire des lieux et des territoires. »

Voici, selon Ouest-France, les mots que le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, aurait écrits à Bernard Bouvet, l’initiateur de la semaine de l’écriture. Cet évènement sera en effet principalement axé sur l’écriture de cartes postales ainsi que sur l’esthétique de l’objet en lui-même.


Bernard Bouvet, grand amateur de cartes postales, insiste sur l’importance patrimoniale que celles-ci représentent. En créant la semaine de l’écriture, il espère d’une part relancer le marché de la carte postale qui souffre depuis l’arrivée des mails, plus rapides, plus pratiques ; et d’autre part, redonner aux jeunes le goût des mots, les « encourager à aimer autrement l’écriture et la langue française ».

Le thème envisagé pour la première édition de la manifestation, qui devrait avoir lieu en juin 2012 tient dans cette maxime : « Je t’aime, je t’écris. », parce que « recevoir une carte fait toujours plaisir », explique tout simplement Bernard Bouvet.

Ainsi, différentes manifestations devraient êtres mises en place sur ce thème, selon La Perche : expositions, ateliers d’écriture, concours de photos touristiques et l’installation de cartes postales géantes dans des lieux symboliques et bien d’autres choses…

Des partenariats avec les gares, les offices du tourisme et bien entendu La Poste devraient permettre une mise en valeur nationale de l’évènement, que Bouvet espère mener au même rang que la fête de la musique. C’est d’ailleurs la même société d’évènementiel qui prendra en charge la communication : ce qui est plutôt bon signe !

Dès cette année, une journée de test devrait être mise en place au mois de juin.