Des livres dans le métro parisien : Paris s'effeuille, en sous-terrain

Clément Solym - 13.09.2012

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Bleu pétrole - expositions - métro


Les éditions Bleu pétrole ont envahi le métro depuis le début du mois d'août. En effet, la RATP, dans le cadre de l'exposition Book in Progress. Un parcours à réaliser dans les stations de la ligne 4 du métro parisien, propose de découvrir des livres, encore des livres, et toujours des livres. 

 

 

 

 

« De la sélection d'un manuscrit à la commercialisation en librairie, du brouillon d'un auteur à l'impression d'un livre, Bleu pétrole invite les visiteurs et voyageurs à suivre sur les quais de la station l'histoire de toutes les ratures qui font la littérature », précise l'éditeur. 

 

De quoi donner accès à toutes les étapes de création d'un ouvrage, en l'occurrence, celui de Florie Adda, Etats mixtes sur papier - qui est également le premier ouvrage publié par la maison. « Grâce à des documents originaux et des dessins inédits de l'auteur, les curieux de passage accéderont à l'envers du décor, au cœur de deux métiers de passion : celui d'écrivain, et celui d'éditeur. »

 

Cette exposition se déroule depuis le 5 août, et se tiendra jusqu'au 22 octobre à la Station Saint-Germain des Près. Or, depuis quelques jours, toutes les vitrines culturelles de la ligne 14 sont également garnies d'ouvrages. Toujours dans l'idée d'explorer « les possibles graphiques du texte littéraire les liens entre la poésie, la syntaxe et l'image : un dialogue entre les poèmes d'Antonin Sgambato du recueil Machina Obscura et la peinture de l'artiste Jone». 

 

Cette autre exposition, Machina Obscura présente des peintures et des bribes poétiques, « une alchimie entre l'univers du graffeur Jone et les écrits d'Antonin Sgambato. À l'origine du projet, un recueil de textes poétiques inédits, le journal de bord d'un film fantasmé qui dit la difficulté de la création artistique. Qui emprunte les sentiers les plus difficiles, les plus escarpés, qui suit les chemins les plus fragiles et les plus audacieux », ajoute les éditions. 

 

« Pendant la rentrée littéraire, nous avons fui sous terre pour expérimenter les possibles de la création littéraire... Nous souhaitons mettre en avant l'activité éditoriale et la création littéraire pour faire du livre un véritable art vivant », explique la maison d'édition à ActuaLitté.