Dominique Corbasson : "Le public biélorusse à l'écoute, il nous découvre"

Ania Vercasson - 23.02.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - Dominique Corbasson - Minsk Biélorussie


Illustratrice, Dominique Corbasson dessine pour la presse, pour des magazines féminins, des ouvrages littéraires et fait des expositions (ses travaux dédiés à la Grande-Bretagne sont visibles prochainement, dès le 6 mars 2015, à la Huberty-Breyne Gallery). Associée à l'auteur Jean-Philippe Arrou-Vignod, elle est venue il y a quelques jours sur le Salon du Livre International de Minsk pour dédicacer leurs ouvrages. Son dernier livre, Parisienne, était également présent sur le stand français du Salon. (de notre envoyée à Minsk, Ania Vercasson)

 

Dominique Corbasson

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

C'est la première fois que vous venez ici ?

Oui, c'est la première fois que je viens à Minsk. Je trouve ça très sympathique, les gens sont adorables, accueillants. C'est un salon familial où il y a beaucoup de jeunes.

 

Qu'est-ce que ça vous apporte personnellement de venir dans un Salon comme celui-ci ?

C'est toujours drôle de connaître des pays qu'on n'aurait pas l'habitude d'aller voir. C'est différent de ce que je pensais, mais en bien. J'aime bien Jean-Philippe Arrou-Vignod avec qui j'ai travaillé alors quand il m'a proposé de venir avec lui, j'ai dit oui. Je suis venue avec une de mes filles qui est photographe, alors pour elle c'était rigolo de connaître la Biélorussie.

 

Et en tant qu'expérience littéraire ?

J'ai l'habitude des salons, et c'est assez proche des autres salons. C'est toujours bien de rencontrer du public, ça fait partie de notre métier de dédicacer des ouvrages, on doit ça à l'éditeur qui nous fait confiance. 

 

Et le public biélorusse ?

Il est à l'écoute, il nous découvrait. Ils n'ont pas encore la culture de tous les illustrateurs, c'est un peu nouveau pour eux. C'est bien ces rencontres, ça leur amène de la curiosité et j'espère qu'ils vont aller voir ce qui se passe dans d'autres pays. J'espère que ça va leur donner envie de dessiner. C'est bien de communiquer et de faire connaître ce métier, de le diffuser, que ça donne envie de le faire...