Don Quichotte reste à l'ordre du jour de Terry Gilliam

Clément Solym - 05.09.2010

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - gilliam - quichotte - film


Voilà plus d'un an que le réalisateur Terry Gilliam s'était résigné : Lost in La Mancha, devenu The Man Who Killed Don Quixote, l'histoire de Don Quichotte, il l'avait commencée en 2000 cette adaptation...

« Je peux maintenant dire honnêtement que je ne travaille plus avec Johnny sur Don Quichotte - il est occupé par tout un tas d'autres films », confiait-il en août 2009. Pas de star, pas de film ? À l'occasion du festival de Deauville, le réalisateur, invité d'honneur, a expliqué qu'il n'avait finalement pas complètement renoncé.


Pourtant, la critique avait évoqué une véritable malédiction pesant sur ce film. « Il faudrait deux fois notre budget », avait-il avoué. Pourtant, cité par l'AFP, il expliquait hier que non, rien de rien, non, il n'avait rien abandonné : « Je ne devrais pas être là aujourd'hui. Je devrais être en train de tourner. Mais Don Quichotte reste à l'ordre du jour et je suis en train de rechercher de nouveaux financements. »

D'ailleurs, cette malédiction, lui-même ne veut pas y croire : « Au contraire, Don Quichotte me donne à réfléchir et à apprendre de mes erreurs. » Rien ne lui avait été épargné : la défection de Johnny Depp, de Vanessa Paradis, de Jean Rochefort, alors physiquement diminué. L'acteur s'était déjà retiré du projet après une hernie discale et Gilliam faisait face à des contraintes budgétaires sidérantes. Et même le temps s'y était mis en lui ruinant des décors.

Et d'exorciser devant la presse : « Peut-être que la vraie malédiction serait de faire enfin le film. Beaucoup de gens l'attendent depuis si longtemps et se sont déjà fait leur propre Don Quichotte que le mien ne peut que les décevoir. »

Seul un DVD devait sortir pour présenter le film. Nous en avions diffusé un extrait l'an passé à cette adresse.