Dumbledore pas “explicitement” gay dans Fantastic Beasts : colère des fans

Victor De Sepausy - 03.02.2018

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Dumbledore gay film - Rowling Dumbledore gay - Potter Dummbledore gay


Le prochain film autour de l’univers d’Harry Potter a été confié à David Yates. Qui lui-même a choisi Jude Law pour incarner le jeune professeur Dumbledore. Le futur grand enseignant de Poudlard et mentor du petit sorcier fait l’objet d’une polémique déchirante. Le Dumbledore des romans, avait été déclaré gay par sa créatrice — mais dans ces nouveaux films…



 

 

Fantastic Beasts : The Crimes of Grindelwald, ne sortira pas avant plusieurs mois, mais les remarques du réalisateur font scandale : selon lui, la sexualité de Dumbledore « ne sera pas explicitement » affichée à l’écran. Cependant… « je pense que tous les fans sont conscients de cela. [Dumbledore] avait une relation très intense avec Grindelwald quand ils étaient adolescents. Ils sont tombés amoureux mutuellement de leurs idées, de leurs convictions », lance David Yates. Gay, mais pas trop, donc. 

 

En 2007, J.K. Rowling avait déjà révélé l’homosexualité du directeur de Poudlard : « Pour être honnête avec vous, j’ai toujours pensé que Dumbledore était gay. Dumbledore est tombé amoureux de Grindelwald. Si j’avais su que cela vous rendrait aussi heureux, je vous l’aurais annoncé plus tôt ! » Et depuis cette déclaration, la romancière avait multiplié les interventions sur ces thématiques.

 

« S’il y a bien une chose qu’Harry Potter nous a apprise, c’est que personne ne devrait vivre dans un placard », assurait-elle en 2014. Et ce pour affirmer qu’il y avait, « bien entendu » des élèves LGBT à Poudlard. 

 

Pour cette prochaine adaptation, qui se déroule bien des années avant l’ère Potter, elle avait assuré en 2016 : « Vous verrez Dumbledore en jeune homme, troublé. Il n’a pas toujours été l’homme sage que l’on connaît. Nous le découvrirons à cette période formatrice de sa vie. » Tous les espoirs étaient permis, à l'exception de ceux qui ne voulaient pas comprendre.

 

Évidemment, les sentiments de Dumbledore à l’égard de Grindelwald seront présents dans le film. Mais tant Yates et Rowling que derrière eux le puissant studio Warner Bros vont se poser des questions. Notamment celle de ce fossé grandissant entre les fans qui découvrent depuis quelques années le monde Potter — qui a débuté voilà une vingtaine d’années. Si l'auteure suscite l'engouement, ses choix sont contestés et toutes ses prises de positions, notamment dans le cas Johnny Depp, ne font pas l'unanimité. Alors, partie à la défense de la cause homosexuelle en 2007, on l'accuse volontiers de reculade – du fait de l'entretien qu'a accordé David Yates.

 

Johnny Depp maintenu dans Fantastic Beasts :
JK Rowling s'explique (enfin)

 

Le positionnement du réalisateur a mis d’autres fans en colère, considérant qu’il s’agissait là d’une véritable trahison quant à l’essence même du personnage. Et la frilosité dont on fait preuve les studios agace. Peut-on envisager que, sur les cinq films qui sont prévus, le deuxième ne fasse pas la part belle à cette dimension du personnage, mais qu'il reste encore trois autres réalisations pour ce faire ? Voilà ce que laisse entendre Rowling.

Mais ce que cette polémique — évidemment alimentée sur les réseaux — tend à démontrer, c’est plutôt son infinie tristesse. Devoir débattre de la sexualité de personnages de fiction — de l’homosexualité, en l’occurrence — démontre combien il s’agit là encore d’un sujet. À un fan, en 2015, qui assurait n’avoir jamais vu Dumbledore comme gay, Rowling répondait : « Peut-être parce que les personnes homosexuelles ressemblent juste à... des personnes ? » 

 

Tout le monde ne l’a pas encore intégré. À quand le bouton #Silence pour en finir avec le pépiement des réseaux ?

 

 


Commentaires

« À un fan, en 2015, qui assurait n’avoir jamais vu Dumbledore comme gay, Rowling répondait : « Peut-être parce que les personnes homosexuelles ressemblent juste à... des personnes ? »

Qu'ajouter quand ici tout est dit ?



Les personnes LGBT ne sont d'ailleurs pas la seule cible : des racistes ont également tempêté quand un héros noir est apparu dans la saga Star Wars, et les misogynes ont vociféré face à la première femme Jed !



Si on peut faire un (seul) reproche à J. K. Rowling, c'est d'avoir fait d'Harry Potter un monde plutôt blanc, plutôt masculin, et très straight (hétéro-normé). Qu'elle s'efforce désormais de faire reculer les préjugés est cependant tout à son honneur.



Notons enfin que les femmes, les LGBT, les Noirs, les Arabes n'auraient jamais l'idée saugrenue de désirer des livres sans personnages différents d'eux ! La diversité dans les histoires, comme dans la vie, c'est le bon sens !

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.