Écrivains drogués ? Non, écrivains civilisés

Clément Solym - 11.11.2010

Culture, Arts et Lettres - Salons - drogues - ecrivains - exposition


Depuis les poètes sous absinthe aux pythies (défoncées au laurier sur le mont Olympe, faut-il le rappeler), depuis les expérimentations de Michaux aux traités de Descartes, les drogues sont plus qu'une sale manie : elles constituent un fondement de la civilisation.

À Londres, la Wellcome Collection vient d'ouvrir une exposition présentant les relations entre drogues et culture. Loin de juger, cette présentation expose et montre des faits, plutôt sur fond de curiosité. On y retrouve évidemment les dessins d'Henri Michaux, fait sous mescal, mais également les textes de Baudelaire sur le haschich et les paradis artificiels.

Les drogues ne sont de toute manière pas perçues de la même manière selon les civilisations. En outre, au début du XXe siècle, les soins médicaux pour les enfants atteints de toux se faisaient avec un sirop) à base d'héroïne, et l'on préconisait des cigarettes dites indiennes, à base de cannabis, contre l'asthme, conformément aux publicités en vigueur à l'époque.

Chose anecdotique : les expériences faites par la Nasa sur des araignées montrent que les toiles réalisées sous l'influence de la caféine sous plus étranges que sous celle du cannabis.

On y découvrira que la pris de stupéfiants hallucinogènes remonte à 400 av. J.-C., jusqu'aux allusions dans Alice au Pays des merveilles, avec la chenille fumant on ne saura jamais trop quoi (voir l'illustration). La collection n'a vraiment aucune visée pédagogique ni moralisatrice : tout y est neutrement dévoilé, et à chacun reviendra de se faire une opinion.

Plus de renseignements sur le site de la Wellcome Collection.

Un demi ou un galopin ?

En parallèle, notons cette étude de Brian Hayden, archéologue du Canada qui a développé une thèse partant du point que la bière est également l'un des fondements de la société humaine. Cette boisson particulièrement prisée sous les Égyptiens est issue de la fermentation de céréales. Selon lui, le développement de l'agriculture n'aurait eu pour but que de créer de la bière... au temps du néolithique. Mais il reste impossible de déterminer si ces ancêtres avaient connaissance de cette recette.