Edimbourg : le festival victime sur internet, de son succès

Clément Solym - 29.06.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - edimbourg - festival - livre


Rien ne vaut un bon petit scandale pour attiser les passions et déclencher l'intérêt de la foule. Sauf peut-être quand ce chaos provient de ce que l'ensemble des réservations pour l'évènement est fini, dès la première journée de commercialisation des places...

L'édition du Festival du livre d'Édimbourg est dans la panade : en une seule journée, tous les billets d'entrée disponible ont été vendus, pour les différentes manifestations à l'intérieur du Festival.


Les plus avisés avaient décidé, dès 3 heures du matin, de faire la queue devant le guichet pour réserver et acheter leur place afin de rencontrer et écouter Bettany Hughes ou Ian Rankin, et bien d'autres.

Mais problème : en parallèle, les places étaient vendues sur le net, et les niveaux de réservation record ont provoqué une rupture des places. Durant la première heure de mise en vente, ce sont 300.000 visites, ainsi que 25.000 appels qui ont été constatés, soit deux fois plus que l'an passé.

Près de 40 des événements du Festival étaient alors complets dès le dimanche, à 18 heures, entraînant des excuses officielles de Nick Barley, le directeur de l'Edinburgh international book festival's. Il était désolé qu'il fut impossible aux internautes d'effectuer leur réservation en ligne durant la journée du dimanche - qui ne parvenaient alors pas à concrétiser leur achat.

Cependant, à malheur quelque chose est bon : « Il est extrêmement gratifiant que les stars littéraires et les auteurs inconnus de l'Écosse et d'ailleurs soient en mesure de susciter un tel intérêt », explique-t-il.

De nouveaux systèmes de réservation ont été mis en place, pour traiter les demandes, et déjà, en fin de journée, le dimanche, les choses redevenaient plus calmes.