Elektra 12, festival international d'arts numériques

Clément Solym - 22.04.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - elektra - canada - poetes


Amoureux du numérique, rendez-vous au douzième festival d’art électronique de Montréal le mois prochain. Au programme, des performances inouïes aux titres surréalistes : le chat électronique rêve-t-il de manger un poisson électrique ?

Du 4 au 8 mai 2011, le numérique investit la Fonderie Darling, Eastern Bloc, l’Usine C, la Cinémathèque québécoise et Oboro. Au programme, des performances robotiques, immersives et audiovisuelles, autour de la visualisation du son ! (voir le site de la manifestation)

Nos poètes surréalistes auraient probablement aimé l'orchestre de machines à coudre, la poussière amplifiée, et la narration inexpressive ! Justement, des élèves présentent leur atelier de création de poésie numérique...

La musique est unie avec des images électroniques, l'architecture, la sculpture cinétique. Imaginez-vous le son produit par des guitares et des néons ?

Les arts visuels sont en lien avec les sciences et les technologies. On découvre la télé-présence, les vidéos en trois dimensions, les stroboscopes, l'éclatement de projection et de volumétrie sans espace par procédé anamorphique, la projection audiovisuelle d’un événement spatial, les engins cinétiques interactifs, et même des danses d’automate.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter www.elektramontreal.ca ; des vidéos sont disponibles sur le blog.

À Elektra 12, les arts numériques pourraient inspirer des écrivains : la poésie n'est-elle pas la géométrie par excellence ?