Enthoven s'indigne à son tour : le CRIF, Hessel et la conférence annulée

Clément Solym - 21.01.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - hessel - crif - antisemite


Stépahen Hessel poursuit sa croisade d'indignation globale, à travers plusieurs médias, et notamment pour évoquer entre autres le dernier écueil qui s'est dressé sous la forme de l'École Normal Sup', qui a refusé une conférence à laquelle il devait prendre part. (notre actualitté)

Organisé par le BDS, qui milite en faveur d'un boycott d'Israël, c'est la directrice de l'ENS qui au dernier moment a choisi d'annuler l'accueil de ce débat.

Mais Stéphane Hessel n'hésite pas à maintenir sa position : « La campagne de boycott BDS me semble largement justifiée, aussi bien en France que dans d'autres pays, par exemple en Angleterre, par la violation que l'État d'Israël commet en occupant illégalement des colonies en Cisjordanie et en faisant passer les produits de ces colonies comme produits venant d'Israël. » (Le Monde)

À corps et à CRIF

Reste que cette annulation a provoqué un remous, un tollé... voire une indignation, surtout si l'on examine les détracteurs de cette conférence. Michel Tubiana, président d'honneur de la Ligue des droits de l'Homme est intervenu pour apporter son soutien à l'auteur et aux organisateurs. Cette annulation « est la forme la plus imbécile de soutien à l'existence de l'État d'Israël ».

Et d'ajouter : « Le CRIF prend le risque de laisser croire qu'il y aurait une sorte de signe d'égalité entre les juifs pris collectivement ou individuellement, et la politique des autorités israéliennes ».

Pour autant, cette réunion était tout à fait pacifique avec aucune intention d'inciter à autre chose qu'à l'indignation.

C'est Raphaël Enthoven qui est intervenu dans l'Express, pour assurer que la CRIF n'avait rien à voir dans cette interdiction.
Certes, le CRIF a cru bon, dans un communiqué de son président, Richard Prasquier, de se réjouir de l'annulation d'un "scandaleux colloque" qui, selon lui, était en réalité destiné à soutenir le "boycott des produits israéliens".

Mais à aucun moment, le CRIF n'a revendiqué le moindre rôle dans une telle décision. Rien n'autorise à établir - comme le font sans vergogne les signataires de la tribune et le site Mediapart - la moindre influence du CRIF sur la décision de la directrice de l'ENS. Qu'importe. Le CRIF s'en réjouit? Donc, il en est l'instigateur! CQFD. Quand il s'agit des juifs, on ne croit plus au hasard. Les coïncidences sont toujours des collusions.
Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme s'était lui, vivement réjoui de ce que la conférence avait été annulée. Il estimait en effet que cette réunion « s'inscrivait dans le prolongement de l'appel de M. Hessel en octobre dernier, qui visait non pas à défendre le boycott, mais à demander qu'il ne soit pas criminalisé ». Chose insupportable évidemment. (notre actualitté)



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.