Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Entretien avec Bilbon et autres secrets du Dragon Smaug

Julien Helmlinger - 11.12.2013

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Hobbit - Tolkien - Infographie


L'épopée reprend son cours dès aujourd'hui en salles obscures ainsi que dans la Terre du Milieu, avec le lancement de La Désolation de Smaug, second opus de la trilogie du Hobbit de Peter Jackson. Après un début de voyage inattendu, Bilbon Sacquet et ses 13 Nains vont enfin découvrir leur plus redoutable adversaire. L'occasion de se pencher sur les deux protagonistes centraux de l'aventure, le reptile maléfique et le héros malgré lui de la Comté.

 

 

 

 

Révélé par les séries télévisées cultes The Office et Sherlock, l'acteur britannique Martin Freeman, 42 ans, interprète du Hobbit, est désormais sous pression que ce soit dans les péripéties de la Terre du Milieu tout comme sous les projecteurs hollywoodiens. S'exprimant dans la presse, avec toute la bonhomie des habitants de la Comté, le comédien s'est confié sur ses heures de gloire du moment.

 

La célébrité, on s'y fait, explique Martin Freeman qui apprécie recevoir des lettres coquines de ses fans autant qu'il affectionne la dérision ou le franc-parler. Il a partagé quelques anecdotes de tournage, qui a mobilisé l'équipe de Peter Jackson pendant 18 mois en Nouvelle-Zélande. 

 

« La plus incroyable expérience que j'ai connue dans ma courte carrière, et je n'avais jamais quitté le Royaume-Uni aussi longtemps. Mais ça en valait la peine, une telle opportunité ne se représentera sans doute jamais. Cependant, lorsque le cinéma vous emmène aussi loin de la maison, les négociations avec les proches sont interminables ! »

  

L'acteur explique avec humour qu'il lui aura fallu souffrir 30 heures de vol pour parvenir à Wellington, ainsi que de travailler ensuite sous la houlette d'un réalisateur très perfectionniste. Sa famille a d'ailleurs elle aussi fait plus d'une fois le voyage pour le voir. Il ajoute avoir entièrement confiance en la manière dont Peter Jackson dirige sa trilogie, mais être soulagé que l'aventure soit derrière lui. Désormais il entend bien se tourner vers l'avant.

 

Martin Freeman n'a pas manqué d'évoquer le costume de Hobbit qui lui colle désormais à la peau, avec ses oreilles pointues : « Des prothèses qui modifiaient sensiblement ma démarche. À la fin de la journée, j'étais épuisé, mon dos me tiraillait. La première semaine, je donnais trop, j'étais sans cesse sur le qui-vive. J'ai pris conscience que je ne devais pas griller toutes mes cartouches d'un coup, car j'étais parti pour rester plus d'un an. »


Si l'acteur trouve que son personnage fait du tort à sa communauté, car trop égoïste et soucieux de son confort bien avant le bien public, en revanche il a apprécié ses hôtes dans les environs du studio. « Ça me changeait des trois heures que je passe quotidiennement dans les embouteillages à Londres. J'ai apprécié les Néo-Zélandais, leur accueil, leur gentillesse, leur politesse. Ce sont vraiment les Hobbit. Peut-être que j'avais moi-même besoin de me donner un coup de pied aux fesses et de me lancer un défi en acceptant Le Hobbit. » 

 

C-dessous une infographie réalisée et publiée par le site web FinancesOnline, qui nous livre quelques secrets sur le mystérieux et rusé Dragon Smaug, qui selon le classement du magazine Forbes figurerait au rang des 15 protagonistes de fiction les plus riches de l'année. Une bestiole écailleuse qu'il ne va pas être aisé de dépouiller de son trésor...