Eric Laurrent, grand gagnant du Prix Alexandre Vialatte 2016

Orianne Vialo - 07.04.2016

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix Alexandre Vialatte 2016 - Eric Laurrent - Un beau début


Le Prix Alexandre Vialatte 2016 a été attribué à Éric Laurrent pour son roman Un beau début (éditions de Minuit). Lauréat du prix Fénéon en 1995 et du prix Wepler en 2011, l’écrivain ajoute une récompense supplémentaire à son palmarès avec cette nouvelle réussite. Le roman pour lequel il est primé dépeint l’histoire de Nicole Sauxilange, née dans les années 60 à Clermond-Ferrand. Dépourvue de talent, la jeune femme aspire à devenir une star, et décide donc de devenir modèle dans un magazine pornographique.

 

(ActuaLitté / CC BY 2.0)

 

 

Réputé pour la qualité de son style, l’auteur de 11 romans et d’un récit a « séduit le jury du prix Vialatte 2016 pour au moins deux raisons. Comme Vialatte, il aime les mots rares et le plus-que-parfait ; comme lui, il peut se dire “notoirement méconnu” », déclare le Groupe Centre-France/La Montagne, dans un communiqué.

 

Dans sa chronique publiée sur le site de Télérama, Nathalie Crom, membre du jury de cette année écrit « c’est à la façon d’un mélodrame, ne lésinant ni sur les rebondissements dramatiques ni sur les stéréotypes (personnages et situations), que se déploie un beau début. (…) Une phrase proustienne, merveilleusement rythmée et digressive, capable d’assumer tout ensemble la narration rocambolesque et les descriptions minutieuses, hyperréalistes même, des corps, des paysages, ou des objets, somptueuses comme des toiles peintes, portraits vivants ou natures mortes ». 

 

Le prix Alexandre Vialatte fut créé en 2011 par Jean-Pierre Caillard, PDG du Groupe Centre-France/La Montagne — groupe de presse et de communication multimédia — en hommage à l’écrivain, critique littéraire et traducteur français du même nom. Doté de 6.105 euros, « soit la somme de la longueur du fleuve Congo (4.640 kilomètres) et de la hauteur du puy de Dôme (1.465 mètres) », ce prix récompense tous les printemps un ouvrage de langue française remarquable pour ses qualités stylistiques, son humour et son audace formelle, en écho à l’esprit de Vialatte. 

 

(ActuaLitté / CC BY 2.0)

 

 

Composé de sept membres – dont deux permanents, Pierre Vialatte, fils d’Alexandre Vialatte et Jean Brousse, représentant du Groupe Centre-France/La Montagne –, le jury 2016 était composé des journalistes Nathalie Crom, Josyane Savigneau et Augustin Trapenard, du critique littéraire Baptiste Liger et de l'écrivain Paul Fournel.

 

Petite anecdote de cette 6e édition : deux des trois finalistes qui avaient été annoncés le 30 mars dernier ne figuraient pourtant pas dans la première sélection du jury. Seul Gérard Oberlé, avec son recueil de nouvelles Bonnes nouvelles de Chassignet (Grasset) en issu. Eric Laurrent avec son ouvrage Un beau début (Minuit) et Catherine Poulain avec Le grand marin (L’Olivier) été ajoutés en cours de route. 

 

L’édition 2015 du prix Vialatte avait récompensé l’ouvrage de Jacques-André Bertrand, Brêve histoire des choses (Julliard).