Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Erreur d'impression. Publier à l'ère du numérique

Cécile Mazin - 11.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Expositions - impression - numérique - erreur


Ce mardi 11 mars, le Jeu de Paume propose une exposition consacrée à ces boulettes de l'impression d'ouvrages. Elle présente « d'une manière critique, conceptuelle et expérimentale, l'un des phénomènes contemporains les plus importants : la métamorphose radicale des médias imprimés et ses conséquences sur la transmission de l'information et la préservation des contenus ». 

 

 

 

 

Alessandro Ludovico, commissaire de l'exposition, encadre six nouveaux projets à découvrir à cette adresse, dont trois ont été conçus spécialement pour l'occasion, : TOSS de Mez Breeze, eMotiVe sOuNDs of the eLEctRic wRiTEr de Nandita Kumar, et Cyclisations de Olaf Hochherz

 

Les publications imprimées ne sont pas obsolètes, mais elles traversent une phase de mutation profonde, en grande partie liée au fait que les écrans supplantent progressivement l'imprimé. Quand une nouvelle technologie toute puissante semble changer les règles préétablies du système, celui-ci réagit très lentement. Actuellement confrontés à l'annihilation de la presse écrite telle que nous l'avons connue jusque-là, nous devons faire face à des évolutions radicales comme la fragmentation des contenus, ou la mise en œuvre du paradigme Apple/iTunes (numérisation de toutes les informations puis mise en vente d'une multitude de micro-contenus).

Mais d'autre part, certains éditeurs et artistes envisageant l'impression papier comme un médium singulier, stable et durable, s'intéressent au mouvement ainsi qu'aux nouvelles possibilités qu'elle peut déclencher. En effet, il paraît indéniable que l'imprimé et le numérique fonctionnent de pair, et c'est à partir de ce constat que se pose la vraie problématique de l'exposition en ligne.

 

C'est donc une recherche autant qu'une présentation des changements qui s'opèrent aujourd'hui que l'on pourra découvrir, au travers des pratiques de théoriciens artistes et techniciens. Et abordent « cette mutation essentielle ainsi que ses conséquences directes ». L'exposition sera ouverte jusqu'au 7 avril.