Etats-Unis : les imprimeurs ne peuvent plus suivre le rythme des éditeurs 

Gariépy Raphaël - 14.09.2020

Culture, Arts et Lettres -


Au printemps dernier, la pandémie forçait les éditeurs à mettre en pause leur activité. Des centaines de titres mis en attente, puis reportés, se retrouvent aujourd’hui à sortir en même temps que les nouveautés prévues pour septembre. Ce flot de livres sans précédent vient submerger les imprimeurs, déjà fragilisés, qui se retrouvent incapables d’assurer la demande. 


Le retour à la normale n’est pas pour tout de suite pour le secteur de l’édition aux États-Unis. Cet automne s’annonce comme une saison particulièrement chargée en parutions, les ouvrages prévus pour ce printemps étant pour certains publiés en même temps que les titres de septembre. 

De son côté le marché de l’imprimerie a été particulièrement fragilisé par la pandémie. Comme le souligne StarTribune, les deux plus grandes sociétés d’impression du pays, Quad et LSC Communications, ont été soumises à une pression financière intense. LSC a déclaré faillite et ses actifs seront mis aux enchères ce mois-ci tandis que Quad qui a dû fermer ses trois usines en raison de la pandémie cherche également un repreneur. 

Enfin, les lecteurs, après 3 mois à relire les mêmes titres se transforment en acheteurs compulsifs : de début juin à la mi-août, les ventes d’imprimés ont ainsi augmenté de plus de 12 %. Cette tendance s’explique notamment par la vague de best-seller qui a déferlé sur le territoire, le dernier Hunger Games et le nouveau Twillight sortant côte à côte, laissant juste assez de place pour le livre à révélation de Mary Trump sur son oncle Donald. On constate également une demande surprise, mais au final bien compréhensible, de titres plus anciens, en particulier des ouvrages sur le racisme. 
 

La chaine du livre pénalisée 


Les imprimeurs sont aujourd’hui complètement débordés et les réimpressions de livres qui prennent habituellement deux semaines peuvent désormais s’étaler sur plusieurs mois. L’impression de livres à l’étranger ou l’utilisation de services d’impression à la demande si elles permettent de pallier la situation restent des solutions couteuses.

En conséquence les éditeurs n’ont pas d’autre choix que de continuer à bouleverser leur calendrier de publications, repoussant leurs titres. À la fin d’année voire à l’année prochaine, ce qui représente une catastrophe pour certains auteurs.
Le journaliste Sasha Issenberg se préparait par exemple à sortir « The Engagement: America’s Quarter-Century Struggle Over Same-Sex Marriage », en juin, une date symbolique puisqu’il s’agit du « pride month ». Son éditeur lui a annoncé décaler la sortie du livre à septembre avant de le programmer finalement pour l’année prochaine. L’élan crée autour de l’ouvrage et les critiques presse accompagnant sa sortie n’auront plus aucune valeur à ce moment-là. 

De la même façon, un retard de l’imprimeur a pour conséquences de ralentir toute la chaine d’approvisionnement et d’augmenter les délais de livraison aux librairies qui seront à leur tour pénalisées. La crise n’est décidément toujours pas terminée. 

Crédit photo : Free photo CC 0 


Commentaires
Méchants imprimeurs qui ne sont pas capables de fournir tongue wink

En vérité, le problème vient des éditeurs. À l'arrêt pendant le COVID pour ne pas payer des frais d'immobilisation des bouquins, puis toujours dans une course effrénée de produire un catalogue plus gros que le voisin, ils se retrouvent perdant d'une course à la production.

Ma grand-mère, qui n'était pas la femme la plus maligne du monde, mais était dotée de bon sens, me disait toujours : « On est toujours rattrapé par ses erreurs ».

Quand on est intelligent, on apprend de ses erreurs. L'année prochaine, nantis de cette nouvelles expérience, les éditeurs vont cesser de produire en masse pour essayer de retrouver de la qualité.

C'était l'instant humour et science-fiction !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.